ASH
Unités d’enseignement : changements en vue ?
15 avril 2015

Un rapport sur les unités d’enseignement préconise un changement profond des conditions de scolarisation des quelque 100 000 jeunes enfants ou adolescents qui y sont accueillis.

Un rapport sur « les unités d’enseignement dans les établissements médico-sociaux et de santé », diligenté par le ministère de l’Éducation nationale et celui des affaires sociales et de la santé a été rendu public le 14 avril. Il préconise un changement profond des conditions de scolarisation des quelques 100 000 jeunes enfants ou adolescents qui y sont accueillis, en développant notamment les unités d’enseignement « externalisées », les CLIS et ULIS, ainsi que les SESSAD. Des changements qui ne seront pas sans conséquences pour les quelques 5 000 enseignants qui y exercent aujourd’hui.

Un constat sévère

Soulignant « l’extrême diversité des situations de scolarisation », avec des différences notables selon les situations de handicap (sensori-moteurs ou déficit intellectuel par exemple) ou les types d’établissements (IME, ITEP ou établissements sanitaires), le rapport dresse cependant un constat sévère, relevant que les changements attendus après la loi de 2005 et la mise en place des unités d’enseignement n’ont pas eu lieu. Les auteurs pointent notamment des temps de scolarisation sensiblement diminués à l’entrée dans l’UE, l’absence de projet personnalisé de scolarisation (PPS), l’impossibilité de construire un réel parcours de formation ni d’aller vers une véritable autonomie sociale.

Externaliser les classes

S’ils ne remettent pour autant pas en cause l’investissement et l’ambition pour leurs élèves des enseignants exerçant sur ces postes ni leur ouverture aux autres professionnels, ils déplorent que le dispositif d’enseignement n’ait « que peu évolué au cours des dernières décennies ». Le rapport préconise de développer de manière volontariste les classes externalisées en « transférant progressivement les unités d’enseignement à l’intérieur d’écoles ou d’établissements ordinaires ». Il souligne également la nécessité de « clarifier la situation réglementaire et les conditions de rétribution des enseignants » : une demande maintes fois formulée par le SNUipp-FSU.

Télécharger
- le rapport