Fenêtres sur Cours spécial langues régionales
Une richesse réaffirmée par la loi et le socle
13 janvier 2014

La loi d’orientation du 8 juillet 2013 a passablement enrichi la possibilité d’enseigner les langues et cultures régionales. Cet enseignement est aujourd’hui « favorisé prioritairement dans les régions où elles sont en usage. » Il reste facultatif et peut être proposé, et c’est précisé, sous la forme d’« un enseignement de la langue et de la culture régionales » ou d’« un enseignement bilingue en langue française et en langue régionale ». C’est une vraie reconnaissance.

Une vraie reconnaissance

À la suite de la loi, le projet de nouveau socle commun de connaissance, de compétences et de culture faite la part belle aux langues régionales puisqu’elles se trouvent traitées à égalité avec les autres langues vivantes. Toutefois, si l’intention est louable, elle peut se trouver parasitée par l’obligation d’enseigner l’anglais, ce qui n’engagera sans doute pas trop les familles à choisir en « deuxième langue » la langue régionale en lieu et place d’une autre langue étrangère dont la maîtrise peut se négocier sur le marché du travail… La mobilité accrue des personnes et l’internationalisation de tous les échanges impliquent la prise en compte de la pluralité linguistique et culturelle et la pratique d’au moins deux langues vivantes étrangères ou régionales dont l’anglais. Mais, l’enseignement des LCR ou l’enseignement bilingue ne pourront se développer que grâce à l’augmentation des moyens dédiés en postes, recrutements, formation… et la mise en œuvre d’une véritable dynamique au niveau académique et départemental.

SOMMAIRE

- Créer une dynamique autour des langues régionales
- Charte : il faut ratifier !
- Une richesse réaffirmée par la loi et le socle
- À Mayotte : le français langue seconde
- Le francique : mauvaise définition linguistique et déni de démocratie
- Les concours ne font pas le plein…