Programmes 2008
Une géographie de grand-papa
22 septembre 2013
  (1 vote)

Un programme qui relève d’une vision simpliste de la géographie, imposant une approche du « simple » au « complexe », notions désuètes pour la compréhension du monde.

Ce que disent les programmes de 2008

les nouveaux programmes relèvent d’une vision simpliste de la géographie, imposant une approche du «  simple » au « complexe », notions désuètes pour la compréhension du monde.

Point de vue

Thierry Philippot, maître de conférence en sciences de l’éducation

« Dès le cycle 2, les dénominations impliquent une géographie d’un autre temps amenant les enfants du simple au complexe comme si cela allait de soi. Qu’est-ce qui est simple ? Élaborer une maquette dans une classe de CP n’a rien de simple, idem pour le plan. »

« Au cycle 3, on retrouve ce postulat et cette progression, ce qui est « proche » est simple et accessible aux jeunes élèves ce qui est « loin » est complexe et donc reporté à plus tard. Une progression qui postule une organisation simpliste du monde : du proche au lointain, et qui néglige, à un moment où tout souligne les interdépendances des territoires, les interactions entre les différentes échelles. D’ailleurs ces programmes entraîne un repli sur la France, une France coupé du Monde, inscrite dans un « cadre ». Comme si on pouvait comprendre les territoires aujourd’hui en faisant l’impasse sur l’Europe et le Monde. »

« Enfin, L’interdisciplinarité qui n’est pas pensée avec précision est présentée comme la « solution » à tous les problèmes auxquels sont confrontés les enseignants dans l’enseignement de la géographie et pour faire entrer dans le temps des exigences de plus en plus grandes. »