Priorité au primaire
Une adresse solennelle au ministre de l’Éducation nationale
4 novembre 2013

Le SNUipp-FSU s’adresse solennellement à Vincent Peillon et lui demande de prendre des mesures concrètes pour que la « priorité au primaire » prenne enfin corps. Il organise un rassemblement national devant le ministère le 20 novembre.

« Priorité au primaire : le slogan sonne juste. C’est dire si nous souhaitons sa réussite. Pourtant, voilà trop longtemps que les enseignants s’engagent pour leurs élèves sans compter leurs heures, avec des effectifs trop importants dans leurs classes, avec de faibles salaires et des moyens largement insuffisants » alerte le secrétaire général du SNUipp dans une lettre ouverte adressée au ministre de l’Éducation nationale le lundi 4 novembre. Nul ne peut se résigner à ce qu’un élève sur cinq arrive en 6ème avec de grandes difficultés et personne ne croit non plus « que l’on va résoudre l’échec scolaire en faisant uniquement revenir les enfants le mercredi matin à l’école » prévient-il par ailleurs.

Traiter toutes les questions

Il faudra néanmoins apporter des réponses sur le dossier des rythmes qui rencontre des difficultés objectives de mise en œuvre. Car « Les comités de suivi des rythmes ont montré leurs limites. Maintenant, il faut se remettre autour de la table. Il s’agit de réécrire le décret afin de rendre possibles de nouvelles organisations de la semaine, adaptées à la maternelle, aux réalités locales et aux besoins professionnels des enseignants, tout en maintenant des journées scolaires raccourcies et mieux réparties sur la semaine ou sur l’année. » demande le syndicat. Mais il s’agit aussi, surtout, d’apporter des réponses concrètes à ces vraies questions que constituent également les choix budgétaires, les contenus d’enseignement, les conditions de travail, l’éducation prioritaire ou encore la formation continue. Et « Ce que nous voulons, c’est la mise en œuvre de mesures qualitatives pour l’école et les conditions de travail des enseignants. Des priorités claires, inscrites dans la durée, et soutenues par un budget à la hauteur des ambitions affichées (...) »

Mobilisation(s)

Sur tous ces sujets, il y a urgence. C’est maintenant que se joue la priorité au primaire. C’est pourquoi le SNUipp-FSU lance une première étape de mobilisation en appelant les enseignants des écoles à participer, du 4 au 20 novembre, à une quinzaine nationale d’actions dans les départements et à un rassemblement national, le 20 novembre devant le ministère.

Télécharger :
- la lettre ouverte au ministre

Lire aussi :
- Rythmes scolaires : stop à la cacophonie

Télécharger :
- conditions de travail, rythmes : le ministre doit répondre