Bilan du ministère sur les rythmes
Tout va très bien madame la marquise !
9 novembre 2013

Alors que Vincent Peillon vante une réforme réussie, l’exaspération monte dans les écoles et les mobilisations se multiplient. Le SNUipp-FSU considère qu’une grève nationale unitaire est nécessaire début décembre pour obtenir des réponses aux revendications des enseignants

Communiqué

Et la réforme des rythmes scolaires Monsieur le ministre ? « Tout va très bien, merci ! 93,5% des villes sont sans difficulté ». Admirez même le bilan que le ministre se refusait à faire en trois mois il y a encore quelques jours. Et après cela ? Quelques déclarations médiatiques sur la sieste en maternelle … et cela repart. On en reste abasourdi. Il faudrait peut être que le ministre ne choisisse pas ses déplacements pour qu’on lui dise ce qu’il veut entendre. Il est d’ailleurs très étonnant que le ministère se refuse à publier les données par départements.

Car, un autre bilan ne devrait pas échapper au ministre : l’exaspération monte dans les écoles. Cette réforme très largement insatisfaisante agit comme le révélateur d’un malaise réel du milieu enseignant. Sans faire la Une du 20 heures, ces derniers s’investissent pour leurs élèves dans des conditions encore trop difficiles et ce, sans compter leurs heures et leurs faibles rémunérations. Effectifs dans les classes trop chargés, élèves en difficulté pas suffisamment aidés, formation continue inexistante, injonctions de toutes sortes et caporalisme persistant ne peuvent plus durer. C’est un fait : les enseignants ont le sentiment d’être incompris et négligés.

Conséquence, chaque jour, les mobilisations se multiplient. Ces dernières semaines, il y a eu des grèves chez les territoriaux à Nantes, à Quimper, à Paris… On voit se développer, ici et là, des mouvements de parents. La semaine prochaine, les enseignants avec le SNUipp-FSU vont se mobiliser dans des grèves départementales, des réunions syndicales et des rassemblements les 13 et 14 novembre.

Pour le SNUipp-FSU, il est grand temps de fédérer ces actions afin de porter collectivement nos exigences pour de réelles améliorations des conditions de travail des enseignants, conditions indispensables à la transformation de l’école et la réussite des élèves. Il appelle à un rassemblement national de délégations départementales le 20 novembre devant le ministère. D’ores et déjà, il considère qu’une grève nationale unitaire est nécessaire début décembre pour obtenir des réponses aux revendications des enseignants, notamment par une remise à plat du dossier de la réforme des rythmes.  

Paris, le 9 novembre 2013