Action
Tous en grève le 5 décembre !
2 décembre 2013
  (1 vote)

Le SNUipp-FSU appelle les enseignants des écoles à être massivement en grève pour exiger une autre réforme des rythmes, réellement concertée, un budget ambitieux pour l’école et notre pouvoir d’achat, l’amélioration de nos conditions de travail.

Quel est l’enjeu fondamental pour notre école ? C’est le périscolaire, ou c’est la réussite de nos élèves, celle qui se construit d’abord et avant tout sur le temps scolaire ? Celle qui réclame un mieux d’école. Le ministre a tranché. Il a fait de sa réforme des rythmes, la principale mesure de la priorité au primaire. Avec le résultat que l’on sait : aujourd’hui cette réforme mal pensée est largement contestée et suscite l’exaspération dans beaucoup d’écoles. Cela ne peut plus continuer ainsi. Le SNUipp-FSU demande qu’il n’y ait pas de généralisation à la rentrée prochaine. Dès maintenant, la réforme doit être suspendue et des discussions doivent s’ouvrir immédiatement pour écrire un nouveau décret des temps scolaires.

Des mesures prioritaires

Pour le SNUipp, comme pour l’immense majorité des enseignants des écoles, les priorités, ce sont l’amélioration des conditions d’apprentissage des élèves et des conditions de travail des enseignants. Et cela passe par des améliorations qui relèvent du « bon sens » : un allègement des effectifs dans les classes, « plus de maîtres que de classes » pour permettre aux élèves de travailler en petits groupes, des personnels spécialisés pour les aider sur le temps scolaire, des remplaçants en nombre suffisant, des enseignants qui disposent de temps pour réfléchir collectivement (trois heures par semaine) et de la formation pour améliorer leurs pratiques.

Une profession considérée

Cela passe aussi par une nécessaire revalorisation salariale avec comme première mesure une ISAE versée à tous les enseignants du 1er degré et du même montant que l’ISOE du second degré. Cela passe enfin par le respect des enseignants. Il faut en finir avec le caporalisme et les injonctions hiérarchiques, hérités du quinquennat précédent. Nous ne sommes pas des exécutants, nous sommes des professionnels concepteurs de notre métier au service de la réussite de nos élèves !

C’est pour porter toutes ces exigences que nous serons en grève le 5 décembre.