Dossier "Manuels scolaires : Les mettre à la page"
« Tenir compte des différentes pratiques des enseignants »
13 octobre 2014

Trois questions à Sylvie Milochevitch, directrice éditoriale du secteur scolaire primaire aux éditions Hatier

Trois questions à Sylvie Milochevitch, directrice éditoriale du secteur scolaire primaire aux éditions Hatier

« Tenir compte des différentes pratiques des enseignants »

Quelles contraintes pèsent sur un éditeur dans l’élaboration d’un manuel ?

Il nous faut coller à un programme officiel, à des contenus, au tuilage des notions sur les différents niveaux, aux cycles, mais aussi tenir compte des pratiques différentes des enseignants et de l’hétérogénéité des classes. L’enjeu est de proposer un ouvrage qui intègre tous ces paramètres. Nous avons aussi des contraintes de temps de conception et de fabrication pour être prêts au bon moment. Or, si les nouveaux programmes ne sont pas stabilisés relativement tôt, neuf mois au minimum avant la publication, nos équipes d’auteurs partent des hypothèses qui semblent les plus solides, au risque de devoir tout reprendre au dernier moment.

Qui sont ces auteurs ?

Nous essayons d’avoir des équipes mixtes, composées de professeurs en Espé, de maîtres formateurs et d’enseignants des écoles, mais aussi de chercheurs. Nous allons aussi beaucoup sur le terrain, à l’occasion de rencontres, de conférences, de colloques. J’assiste d’ailleurs moi-même aux universités d’automne du SNUipp, où j’écoute le plus d’intervenants possibles pour saisir l’actualité de la recherche. Nous alimentons nos équipes de ces travaux en essayant de bâtir une sorte de « culture commune » qui englobe aspects didactiques et pédagogiques dans la démarche éditoriale.

Comment prenez-vous en compte les besoins des praticiens ?

En ce qui concerne les nouveautés, nous organisons des consultations d’enseignants sur des « prototypes » réalisés par nos équipes. Ces tests nous permettent de vérifier l’accueil, la compréhension d’un nouveau projet afin, le cas échéant, d’ajuster, de clarifier, ou même renoncer à une publication. Pour les manuels déjà en circulation, nous faisons régulièrement des enquêtes auprès d’utilisateurs, ou non utilisateurs, de nos publications. Il s’agit de panels représentatifs des différents milieux et conditions d’enseignement qui nous remontent les difficultés et les interrogations qu’ils rencontrent et nous permettent d’ajuster nos publications pour essayer de coller toujours davantage à leurs besoins.

L’ensemble du dossier :
- Présentation du dossier
- Le coût des outils pédagogiques
- Au rapport : Un usage paradoxal
- Trois questions à Sylvie Milochevitch, directrice éditoriale du secteur scolaire primaire aux éditions Hatier : « Tenir compte des différentes pratiques des enseignants »
- Lectorino et Lectorinette : Un outil irrigué par la pratique quotidienne
- Échanges professionnels : Parler manuels, c’est parler métier
- Entretetien avec Éric Bruillard, Professeur d’informatique à l’ENS : « Le numérique peut faciliter les échanges de ressources »