Programmes 2008
Sciences et technologies : mise en œuvre impossible
22 septembre 2013
  (1 vote)

Si les programmes marquent un intérêt pour la démarche expérimentale, les propositions ne permettent pas d’élaborer la progressivité des apprentissages et les horaires sont trop contraints.

Ce que disent les programmes de 2008

L’intitulé de la discipline évolue de « culture scientifique et technologique » en «  sciences expérimentales et technologie  ». De fait, les programmes marquent, à nouveau, l’intérêt de la démarche expérimentale en faisant référence à « l’esprit de la Main à la pâte » comme dans les instructions de 2002. Le ministre semble avoir suivi l’avis de l’Académie des sciences qui avait fortement critiqué le projet précédent. Dans l’ensemble, les propositions sont ambigües en raison de leur formulation qui ne permet pas vraiment d’élaborer la progressivité des apprentissages. Les verbes utilisés expriment des objectifs opérationnels qui rappellent la pédagogie par objectifs, des compétences, des activités (connaître, prendre conscience, utiliser...). Il manque du temps pour l’expérimentation, 78 heures par an doivent être consacrées à ces pratiques, soit une moyenne de 2 heures hebdomadaires, alors qu’auparavant la durée devait être comprise entre 2h30 et 3h.

Point de vue

Pour Édith Saltiel, didacticienne des sciences physiques à la faculté de Paris « aucune fourchette horaire minimum n’est indiquée. En CP et CE1, l’introduction ne mentionne pas l’enseignement des sciences, alors qu’elle mentionne, en plus du français et des mathématiques, l’éducation physique et sportive ainsi que l’éducation artistique. Enfin, autant il est affirmé en français que les élèves pour le cycle 2 doivent être capables d’exprimer « oralement des relations de causalité », autant les sciences ne sont pas mentionnées comme pouvant être une aide forte pour exprimer ce type de relation.  »