Enseignement spécialisé
SEGPA : premières avancées
19 mai 2015

Un deuxième groupe de travail au sujet d’une nouvelle circulaire SEGPA s’est tenu lundi 18 mai. En s’appuyant sur sa consultation des enseignants, le SNUipp-FSU a obtenu des premières avancées. Restent des ambiguïtés et des contradictions à lever concernant le fonctionnement de la classe de 6ème.

Les premières avancées obtenues par le SNUipp-FSU

Définition de la structure :
La circulaire acte la SEGPA comme une structure « qui a toute sa place dans le traitement de la grande difficulté scolaire » et « permet aux élèves de poursuivre leurs apprentissages tout en préparant leur projet professionnel ». Le nombre maximal d’élèves par classe plafonné à 16 devrait être inscrit noir sur blanc.

2 heures de coordination-synthése :
Deux heures de coordination-synthèse de la 6ème à la 3ème pour tous les PE sont introduites pour permettre le travail en équipe pédagogique. Jusque-là, les PE bénéficiaient en moyenne d’1H30 pour ce travail. Reste le montant de rémunération de ces heures qui est toujours injustement inférieur de 30% à celui des certifiés. Sur ce sujet, le SNUipp-FSU a eu l’assurance que des discussions, au point mort depuis novembre, allaient reprendre prochainement. Nous y porterons la demande d’un même taux pour les HSE que pour l’ensemble des personnels enseignants, du versement de l’ISAE au niveau de l’ISOE et le passage à 18h.

Clarification sur le public concerné :
La circulaire précise que « la SEGPA n’a pas vocation à accueillir des élèves au seul titre du trouble du comportement ou des difficultés liées à la compréhension de la langue française »

Ce qui reste en débat

Quelle classe de 6ème ? Le fonctionnement de la classe de 6ème reste encore à clarifier. Si le SNUipp a obtenu l’inscription des élèves en classe de 6ème SEGPA (et non dans une classe 6ème de référence), le flou sur son organisation pédagogique et sur les missions des PE spécialisées demeure. Classe d’enseignement adapté ou dispositif d’aide à la grande difficulté scolaire ? Le projet ministériel reste confus et irréaliste. Le ministère n’est d’ailleurs pas en mesure de fournir des exemples d’emploi du temps pour expliquer le fonctionnement concret de son projet. En l’état, tous les élèves de la SEGPA ne peuvent pas être lâchés dans le grand bain au sein d’une 6ème. Sans moyens supplémentaires et sans formation et avec la réalité du collège aujourd’hui (effectifs chargés dans les classes de 6ème, multiplicité des enseignants dans les collèges, multiplicité des emplois du temps…), cela ne pourrait fonctionner qu’au détriment des élèves qui ont besoin d’un cadre adapté permettant réassurance, reprise de confiance en soi et réussite.

Pour le SNUipp, la 6ème SEGPA doit être réaffirmée comme une classe permettant les enseignements adaptés aux besoins des élèves. Dans le même temps, l’intégration des élèves au sein du collège sur des temps partagés et/ou avec des enseignements en barrette (plusieurs classes alignées ou en doublettes) doit être développée et facilitée. De plus, la co-intervention entre PE et professeurs de collège peut-être une modalité d’enseignement au choix des équipes, mais ne peut être imposée comme le seul modèle d’apprentissage.

Sur ces points, le SNUipp-FSU a demandé des modifications et des éclaircissements dans l’écriture de la circulaire.

Une structure à conforter

L’inclusion des élèves reste un vrai défi à relever pour notre système éducatif mais il faut y consacrer les moyens et les formations nécessaires pour qu’elle soit source de réussite pour les élèves et de travail de qualité pour les enseignants. Le SNUipp-FSU continue de porter l’exigence d’une SEGPA organisée avec une structure à quatre divisions incluant la classe de 6ème, permettant le fonctionnement d’un groupe-classe stable et ouvert avec une équipe enseignante resserrée. Il porte aussi la revendication que les PE soient pleinement reconnus dans leur professionnalité et que le nombre de postes de PE soit à la hauteur des besoins pour toutes les divisions de la SEGPA sans dépendre des DHG des collèges et des choix des chefs d’établissement.

Le projet de circulaire doit être amélioré et un prochain groupe de travail se tiendra le 29 juin au ministère.

Lire aussi :
- Avenir de la SEGPA : retour de consultation