Dossier : "Sorties scolaires | L’école hors les murs "
« Rompre avec l’espace scolaire habituel »
19 avril 2014

Entretien avec Annette Gonnin-Bolo, Maître de conférence honoraire en sciences de l’éducation.

JPEG - 21.5 ko

- C’est quoi une sortie scolaire ?

  • L’école est un lieu fermé. Sortir c’est sortir de son enceinte pour partir à la découverte du monde extérieur. Je pense que le rôle de l’école est de donner des clés de compréhension du monde tel qu’il fonctionne. A ce titre, les sorties sont nécessaires. Elles permettent de sortir de l’univers protégé de l’école pour découvrir d’autres choses. Elles permettent ainsi de réinterroger ce qu’on fait à l’école et de l’articuler avec ce qui se passe à l’extérieur. Ensuite, il existe différents types de sorties. La « sortie plaisir », pour se détendre, sans objectif pédagogique, didactique ou culturel et qui vient seulement rompre avec le quotidien de la classe. Il existe aussi des « sorties découverte » centrées sur des objets qui vont déboucher sur des acquisitions de connaissances (sortie nature, sortie en entreprise...) et qui rentrent dans une démarche pédagogique. Et puis des sorties qui vont permettre à des enfants dont le milieu familial ne le permet pas de découvrir des objets culturels (peinture, musique, cinéma, théâtre, etc...)

- Pourquoi sortir ?

  • Un certain nombre de personnes pensent que les sorties c’est du temps perdu et que l’école ne serait là que pour transmettre et apprendre à lire/écrire/compter. Avec l’idée que les pédagogues ne penseraient qu’à « amuser » les élèves... Cette idée un peu caricaturale subsiste. Il me semble que les sorties constituent un moyen de donner du sens hors l’école à certains apprentissages. Par exemple en faisant découvrir que la lecture est utile pour se diriger grâce à un plan dans une ville ou dans un musée... Avec la sortie, l’enseignant et l’école permettent de comprendre la réalité du monde extérieur, comme dans une visite d’usine où les élèves découvrent la complexité du travail humain. La sortie doit donc être envisagée comme un temps retrouvé, un nouveau mode d’accès à des savoirs qui peuvent être l’objet même de transmission dans les enseignements fondamentaux.

- À quelles conditions permettent-elles aux enfants de mieux entrer dans les apprentissages ?

  • La sortie ou la vie en groupe sont positives (relationnel, vivre ensemble, découverte...) mais elles ne produisent pas des effets spontanément. C’est le rôle de l’école de structurer ces moments : en préparant les élèves à ce qu’ils vont découvrir, à ce qu’on attend d’eux, à ce qu’i ls doivent observer... Et ensuite en réinvestissant la sortie (voir ce que les élèves ont retenu, ce qui les a interrogé, faire le lien avec d’autres apprentissages...). La sortie peut donc être un point de départ ou bien une illustration. Tout dépend de la place qu’elle prend dans la démarche de l’enseignant. Les sorties inscrites dans un projet pédagogique permettent de mieux entrer dans les apprentissages, mais il faut être pragmatique, tâtonner et garder une certaine souplesse. Si une sortie est préparée et que les élèves y ont pris du plaisir, les enseignants vont pouvoir l’exploiter, la valoriser et faire des liens avec d’autres apprentissages. Il ne faut pas trop scolariser l’exercice en le surc h a rgeant de demandes purement scolaires. On peut faire un croquis, un schéma, mais le moment de la sortie doit conserver son esprit de liberté, de plaisir de la découverte. Le propre de la sortie scolaire c’est de rompre avec l’espace scolaire habituel. La sortie c’est autre chose que l’école.

- Modifient-elles les rapports à l’école ?

  • Tout dépend de chaque élève et de son rapport à l’école. La sortie peut réconcilier certains élèves avec une école qui peut parfois leur apparaître comme un lieu de contraintes éloigné de leurs préoccupations. En diversifiant les modes d’approche, on crée aussi de la motivation, et chez certains élèves la sortie pourra créer un déclic et donner du sens aux apprentissages. Un nouveau contexte collectif favorise l’autonomie, l’émulation et l’entraide... C’est donc un « plus » pour l’élève qui découvre des connaissances sous d’autres aspects, mais c’est un « plus » pour l’enseignant qui découvre ses élèves dans un autre contexte. Enfin, la participation des parents, comme accompagnateurs ou comme ressources, leur permettra de créer un lien différent avec la chose scolaire et de modifier leur rapport à l’école.

L’ensemble du dossier :

- Sorties scolaires :: L’école hors les murs
- Sorties scolaires : Une démarche complémentaire
- Sorties avec nuitées : Des classes à redécouvrir
- « Travailler autrement que dans l’immédiateté »
- Patrimoine à Tours :: Un voyage dans le temps
- La Haute-Savoie, département « témoin »
- Langon se met à l’eau :: Partir quand même
- « Rompre avec l’espace scolaire habituel »
- En bref