Évaluation des enseignants
Évaluation des enseignants : résultats et analyse de la consultation des PE
19 septembre 2016

Le ministère a engagé une réforme de l’évaluation des enseignants. Pour le SNUipp-FSU, lorsqu’on veut réussir un changement, il est indispensable d’écouter celles et ceux qui sont concernés. Celles et ceux qui savent quelle est la réalité de leur métier et quels sont leurs besoins. C’est pour cela que le SNUipp-FSU a lancé une grande consultation des enseignants du premier degré. Il les a interrogés sur l’inspection actuelle, leur appréciation du projet de réforme du ministère et sur leurs besoins. Il leur a enfin demandé quelles étaient leurs priorités pour faire évoluer l’évaluation.

Plus de 10 000 enseignants ont répondu à cette consultation en cinq jours. C’est dire l’importance qu’ils accordent à cette question.

Quelles sont les lignes de force qui se dégagent de cette consultation ?

8 professeurs des écoles sur 10 rejettent la forme actuelle de l’inspection.
Dans les verbatims, elle est jugée "infantilisante", "stressante", "peu formatrice" et relevant trop souvent de l’évaluation "sanction".

85% des professeurs des écoles sont en demande d’accompagnement et de conseil.
Pour eux, l’inspection doit vérifier la conformité de l’enseignement dispensé avec les programmes. Majoritairement (53%), ils ne souhaitent pas que ce soit un moyen d’offrir une meilleure carrière à certains que l’institution juge "méritants".

Sur le projet de réforme du ministère :

• 83% des enseignants sont en désaccord avec l’idée que l’avis de l’inspecteur (IEN) soit le seul pris en compte pour les accélérations de carrière des 6ème et 8ème échelons. Le poids ainsi donné au supérieur hiérarchique dans le déroulement de la carrière est très majoritairement rejeté.

• Ils sont massivement en désaccord, à près de 80%, avec l’obligation de rédiger un bilan professionnel. Celui-ci est perçu comme une charge de travail supplémentaire. Mais les enseignants des écoles interrogent sans doute aussi la sincérité de ce document : comment faire une analyse honnête de sa pratique professionnelle quand ce bilan va servir à sélectionner certains d’entre eux notamment au travers des accélérations de carrière.

• Concernant les critères d’évaluation de la nouvelle grille, près de 60% des enseignants pensent qu’ils ne sont pas suffisamment centrés sur le travail en classe.

• Enfin ils souhaitent très majoritairement (88%) que l’inspection soit mieux cadrée nationalement (délais, documents à présenter, attendus professionnels, procédure de recours en cas de désaccord). Cela correspond à la proposition du ministère.

Quelles sont leurs priorités aujourd’hui ?

Dans une dernière question, nous leur demandions de prioriser, de 1 à 6, leurs besoins liés à l’inspection/évaluation pour mieux faire leur métier. Les enseignants du premier degré sont des professionnels recrutés à bac +5. Dans un contexte de travail jugé dégradé par la majorité d’entre eux, ils demandent d’abord de bénéficier de la confiance de leur supérieur hiérarchique pour aller vers des relations fondées sur un partage d’expertise. Ils sont en demande de temps pour travailler en équipe, répondre concrètement à la mise en œuvre des nouveaux programmes ou de la liaison école/collège. Enfin et sans surprise, ils sont en demande de formation continue, une formation continue aujourd’hui exsangue.

Le ministère est à la croisée des chemins. L’enjeu fondamental de l’évaluation des enseignants est l’amélioration du service public d’éducation pour permettre une plus grande égalité dans l’accès aux savoirs. Le ministère doit aujourd’hui répondre aux demandes et aux besoins de la profession. Pour cela, il doit proposer une évaluation qui réellement accompagne, conseille et aide les enseignants des écoles à faire et à réinterroger leur métier. Les rendez-vous de carrière tels qu’ils sont prévus, aboutissant à accélérer la carrière de 3 enseignants sur 10, vont à l’encontre d’une évaluation professionnelle à visée formative. L’évaluation doit être déconnectée de la carrière. Il ne doit pas y avoir de mise en concurrence des personnels, mais au contraire une volonté de faire progresser l’école en renforçant le travail en équipe et la confiance dans l’investissement quotidien des enseignants.

Voir l’ensemble des résultats :

PDF - 451.7 ko

Continuer à peser, donner votre avis !

Les discussions au ministère ne sont pas terminées. Plus nombreuses et nombreux seront les enseignants des écoles à donner leur avis sur le projet de réforme de leur évaluation, plus nous pourrons peser dans les échanges avec le ministère.

Pour remplir l’enquête en ligne, cliquer sur l’image :