Prérentrée
Rentrée reportée : le rattrapage, c’est non !
16 mai 2014

Le ministre de l’Éducation nationale vient d’annoncer que la prérentrée des enseignants des écoles est reportée au 1er septembre et la rentrée des élèves le lendemain.Pour le SNUipp-FSU, il ne saurait être question que cette journée soit « rattrapée »

Aujourd’hui, au CSE, le ministre vient de reporter officiellement la date de rentrée des élèves au 2 septembre 2014. La prérentrée des enseignants aura lieu quant à elle le 1er septembre 2014.

Benoît HAMON invoque des raisons techniques pour expliquer sa décision. Depuis 48 heures, l’École et les enseignants se sont retrouvés au centre de communications confuses et incompréhensibles. Tout cela est regrettable.

Pour le SNUipp-FSU, la prérentrée est une journée indispensable à l’organisation des écoles et au fonctionnement des équipes enseignantes. Elle permet de préparer l’accueil des élèves dans les meilleures conditions : accueil des nouveaux enseignants de l’école, organisation du travail en équipe, organisation concrète de la vie scolaire (surveillance des récréations, répartition des locaux collectifs…) ou encore aménagement des classes.

Depuis toujours, les enseignants n’attendent pas le jour de la rentrée pour lancer leur année scolaire. Préparations de classe et programmations pédagogiques ne tombent pas du ciel et les enseignants s’y attellent bien avant le « jour J ».

Maintenant, le ministre envisage d’ouvrir une discussion pour un éventuel rattrapage ou non de cette journée.
- Faire revenir les élèves à l’école une journée, le lundi 6 juillet n’a aucun sens. Pour le SNUipp, la fin de l’année doit avoir lieu le vendredi 3 juillet 2015 comme prévu.
- De plus, il ne saurait être question non plus pour les enseignants de “rattraper” sur deux mercredi après-midi.

Pour le SNUipp-FSU, c’est donc clair : aucun rattrapage. Les familles et les personnels n’ont pas à faire les frais de ce dossier très mal géré par le ministère .

Passé cet épisode déplorable pour l’image de l’École et des enseignants, il est maintenant temps de se recentrer sur le véritable enjeu : la lutte contre les inégalités scolaires. Notre École mérite mieux que ces sujets aux petits pieds.

Paris, le 16 mai 2014