Rythmes scolaires
Réécrire le décret pour une mise en oeuvre réussie
8 avril 2013

Pour le SNUipp-FSU, les enseignants doivent être concertés pour une mise en œuvre des rythmes en 2013 comme en 2014. Il demande une réécriture du décret et une baisse du temps de services des enseignants.

Pour les écoles dont les projets ne sont pas finalisés, la concertation avec les enseignants doit se poursuivre. La commune ne doit pas décider seule de l’organisation de la semaine et de la journée. Sans accord, c’est le report ! Cependant, des questions restent entières : conditions de travail et de rémunération des enseignants, financement, gratuité et normes d’encadrement des activités, recrutement et qualification des animateurs… Le comité de suivi de la réforme des rythmes, que le ministère va mettre en place début avril, sera l’occasion pour le SNUipp-FSU d’avancer des propositions et d’exiger la réécriture du décret. Une réécriture afin de répondre aux 9 demi-journées trop contraignantes et de permettre des organisations locales (2 mercredis sur 3, après-midi très allégés pour les activités périscolaires…). En outre, le syndicat réclame la mise en place de recherches indépendantes pour évaluer les effets de la réforme en 2013. Parallèlement, il revendique une baisse de 3h du temps de service des enseignants pour la concertation, ainsi que la création d’une indemnité spécifique et des améliorations de leur déroulement de carrière.

- Retour vers l’article : Réforme des rythmes, en ordre dispersé