Dossier "L’EPS se replace au centre"
Rapport de l’IGEN : L’EPS débriefée
7 avril 2015

Le rapport de l’Inspection Générale publié en Mai 2012, analyse les pratiques sur temps et hors temps scolaires et les interactions entre les différents partenaires mais aussi les difficultés liées aux équipements, à la formation des enseignants et au déficit de pilotage. Bilan mitigé dont les inspecteurs tirent un certain nombre de propositions.

« On peut regretter que le volume horaire réservé à l’enseignement de l’EPS soit inférieur à celui indiqué dans les textes officiels  ». C’est l’un des premiers enseignements du rapport des IGEN*. Cette discipline, qui représente pourtant 12,5 % des horaires, parfois globalisés pour conduire plus aisément certains projets (cycles piscine, escalade ou en stage de ski), voit le temps effectif de l’activité diminué par les déplacements, le temps de vestiaire... Par ailleurs, toutes les communes ne sont pas équipées de la même manière. « La question de l’équité est une des principales problématiques  » selon les inspecteurs. Elle impacte les pratiques et particulièrement la natation. De plus, si les choix pédagogiques sont majoritairement guidés par les programmes et les orientations institutionnelles, le manque et le partage des équipements font que « la pratique de l’EPS est trop souvent fondée sur l’offre au détriment des objectifs ». Les propositions des partenaires, comme l’USEP, la culture sportive de certaines collectivités, les ressources de l’environnement, l’intervention de personnels spécialisés, formés, qualifiés et les programmes d’accompagnement des circonscriptions font des pratiques sportives scolaires un espace partagé. Cet « utile maillage d’une offre de pratiques sur temps scolaire, périscolaire et extrascolaire » doit être cependant coordonné. Si l’EPS et le sport scolaire et ses rencontres sportives sont complémentaires, le sport scolaire dans le temps scolaire ne peut tenir lieu d’enseignement de l’EPS. Les compétences personnelles des enseignants, leurs aptitudes physiques et leurs goûts pèsent également dans la balance. « Il faudrait consacrer à l’EPS 12 % du total des actions de formation initiale, de formation continue et programmes d’animation ». Le rapport indique qu’ « une inspection sur huit devrait logiquement être adossée à l’observation et à l’analyse d’une séance d’EPS » ; Finalement c’est le statut même de l’EPS qui appelle une meilleure reconnaissance en matière de pilotage, à tous les niveaux, pour rendre à cette discipline la place majeure qui lui revient.

*« La pratique sportive à l’école primaire » Rapport n° 2012-035 _ mai 2012

L’ensemble du dossier :
- Présentation du dossier
- Rapport de l’IGEN : L’EPS débriefée
- « Mettre les pratiques sportives à l’étude » : Trois questions à Pascal Grassetie, formateur EPS à l’Espé de Bordeaux
- Projet sportif à Bordeaux : Charles Martin, une école friande d’USEP
- École rurale dans les landes : A Gaâs, le sport fait campagne
- « Un apprentissage fondé sur des expériences concrètes » : Entretien avec Yvan Moulin, formateur en ESPE