Dossier "Les parents à l’école : Entrer sans frapper"
Rapport assemblée nationale : développer la coéducation
15 décembre 2014

Dans un rapport présenté en juillet dernier, une mission parlementaire analyse les « difficultés à dialoguer » que rencontrent les familles et les enseignants. Malgré une confiance élevée des parents dans l’école, leurs relations avec les enseignants revêtent « un caractère plutôt sombre » et sont parsemées de « malentendus », note le rapport qui évoque une « double défiance » : les parents pouvant ressentir le « jugement scolaire » des enseignants comme un jugement moral et les enseignants percevant parfois les parents « comme étant des ‘intrus’ au lieu d’être des partenaires ». Tantôt « assujettis », partenaires, usagers, « voire consommateurs » puis « coéducateurs  », les parents entretiennent des « relations asymétriques » à l’égard de l’école qui se traduisent par « un éloignement croissant » et des « tensions de plus en plus visibles ». Le rapport dresse ainsi une « cartographie des irritants » qui va du choix de l’école à la scolarisation des élèves handicapés, en passant par les devoirs à la maison, les sanctions ou encore les choix pédagogiques.

Améliorer le bien-être et les résultats des élèves

Définissant la coéducation comme une « coopération avec les parents » le rapport détaille 25 propositions pour améliorer ces relations ainsi que le bien être et les résultats des élèves. Évoquant des dispositifs comme la « mallette CP », plébiscitée par les équipes pour ses effets bénéfiques sur le climat scolaire, il préconise d’expliciter les enseignements et la pédagogie ou encore d’instituer une prérentrée pour les parents. Des mesures qui supposent de réajuster le temps de service des enseignants en prenant exemple sur la pondération horaire en REP+ souligne le rapport qui propose aussi de favoriser la convivialité et de rencontrer les parents, y compris à leur domicile. Pour former les enseignants à la relation avec les parents, les parlementaires invitent à développer les modules dans les ESPE et à enrichir la formation continue in situ, en développant notamment la recherche action et en portant à 3 le nombre de journées annuelles de formation pour chaque enseignant.

A Consulter :
- Le rapport complet

L’ensemble du dossier :
- Présentation du dossier
- Rapport assemblée nationale : développer la coéducation
- Trois questions à Paul Raoult, président de la FCPE : « « Expliquer pour recueillir l’adhésion des parents » »
- Nîmes : Et si on prenait un café à l’école  ?
- Pays de Gex (01) : Les enseignants font tampon
- Entretien avec Gilles Monceau, professeur en sciences de l’éducation, laboratoire EMA, Université de Cergy-Pontoise : « Jouer sur les ambiguïtés »