Dossier "Une éducation toujours prioritaire ?"
Rapport | Les recommandations du Cnesco
18 novembre 2016

Miser sur l’expertise des enseignants, favoriser la prévention et la mixité sociale, un récent rapport du Cnesco invite à prendre des mesures volontaristes pour réduire les inégalités scolaires.

Dans son rapport « Comment l’école amplifie- t-elle les inégalités ? » publié en septembre, le Cnesco porte un regard sans concession sur l’échec du système éducatif français à réduire les inégalités. Inégalités de résultats, inégalités d’orientation, inégalités d’accès au diplôme et inégalités d’insertion professionnelle : au-delà des constats, très documentés, les rapporteurs proposent plusieurs recommandations.

Rompre d’abord avec « une logique de réformes à répétition et miser sur l’expertise des acteurs de terrain », en développant des expérimentations sur les pratiques pédagogiques efficaces autour des difficultés repérées chez les élèves du primaire. Relancer aussi la formation continue, avec un effort important en direction des premières années de la scolarité.

Une approche tournée vers la prévention

Le rapport suggère aussi d’agir en amont des difficultés, de « mobiliser la prévention dès les premiers apprentissages » en développant la scolarisation des tout-petits tout en « leur proposant des conditions d’apprentissage adaptées ».


Dans les écoles, certains enseignants formés spécifiquement sur la didactique des disciplines, aux difficultés d’apprentissage et outillés en matériaux pédagogiques adaptés, pourraient être « sédentarisés » pour des interventions significatives. Une manière d’appeler à la généralisation des maîtres supplémentaires. Mais il faut aussi en finir avec les inégalités de traitement.

Le rapport appelle ainsi au développement d’une politique nationale volontariste pour prévenir et réduire significativement la ségrégation sociale et scolaire. Enfin, le Cnesco invite à reconnaître l’enfant, derrière l’élève, en prenant en compte les différentes dimensions de sa vie : l’enseignement, mais aussi le climat scolaire et les conditions matérielles des plus démunis.
Autant d’actions « à conduire d’urgence car les élèves en difficulté ne peuvent attendre, mais dans un cadre d’évolution de long terme, car les apprentissages se construisent dans la durée » concluent les rapporteurs.


L’ensemble du dossier

- Présentation du dossier
- Rapport – Les recommandations du Cnesco
- « Passer de la remédiation à la prévention » - 3 questions à Nathalie Mons, présidente du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco)
- Blois (41) – Evaluation des dispositifs : encore trop tôt…
- L’école oui, mais pas que…
- « Il faut agir simultanément sut la question pédagogique et sur celle de la mixité sociale » - Entretien avec Agnès van Zanten, directrice de recherche au CNRS