Dossier "Pour que les RASED retissent leur toile"
RASED | Pour les enseignants ou pour les élèves ?
19 juin 2016

Aide directe aux élèves et accompagnement des équipes, la dernière circulaire RASED fixe ces deux missions aux réseaux tout en les impliquant dans des pôles ressource de circonscription.

Créer des « pôles ressource de circonscription », c’est la grande nouveauté de la circulaire de 2014 qui institue les RASED comme une de ses composantes parmi « tous les personnels que l’IEN peut solliciter et fédérer pour répondre aux demandes émanant d’un enseignant ou d’une école ».
Ainsi, selon le texte, les missions des maîtres E, G et des psychologues doivent se répartir entre aide aux élèves et aide aux enseignants. « Les enseignants spécialisés apportent une aide directe aux élèves manifestant des difficultés persistantes d’apprentissage ou de comportement, le psychologue scolaire aide à comprendre les difficultés d’un enfant et contribue à faire évoluer la situation », dit le texte à propos de l’aide directe. Mais il ajoute qu’ils « apportent l’appui de leurs compétences aux équipes pédagogiques pour les accompagner dans l’aide aux élèves ».

Alors simple réponse au manque de personnels et de moyens ? Ou bien tentative de relancer une prise en charge de la difficulté scolaire au sein de l’école dans un contexte qui tend au contraire à la médicaliser et à l’externaliser ? Faute de temps, de postes, de RASED complets dans de nombreuses circonscriptions, la question se pose et l’équilibre entre ces deux axes est difficile à trouver.

Un rapport de l’Inspection générale sur les élèves en grande difficulté redéfinissait en 2013 les aides spécialisées autour de deux besoins : le premier, au niveau de l’école, était celui d’une aide de proximité aidant les enseignants « à analyser et à comprendre les obstacles rencontrés dans les parcours d’apprentissage, et à concevoir des réponses adaptées » ; le second, au niveau de la circonscription devait répondre au « besoin d’une intervention spécifique, parfois en urgence, dans les écoles et les classes confrontées aux troubles comportementaux portés par certains élèves ».

Pour le SNUipp-FSU, cette gestion des urgences est nécessaire mais elle ne peut constituer la principale modalité d’action du RASED qui doit aussi effectuer un travail de prévention. Et c’est bien parce qu’ils prennent en charge au quotidien des élèves en grande difficulté que les enseignants spécialisés peuvent aussi devenir des personnes ressource auprès des enseignants dans les classes.
D’après les premières remontées de terrain observées par la FNAREN, les « pôles ressource de circonscription » se mettent en place de manière très diversifiée et leurs apports, positifs ou négatifs, dépendent surtout du mode de pilotage choisi selon qu’il est basé « sur la réflexion conjointe et la confiance ou au contraire l’injonction et le contrôle ».


L’ensemble du dossier

- Présentation du dossier
- RASED - Pour les enseignants ou pour les élèves ?
- « L’intermétier, un espace professionnel commun », 3 questions à Corinne Mérini, enseignante-chercheure en sciences de l’éducation (Acté, Université de Clermont-Ferrand)
- École des Provençaux à Reims - Une équipe augmentée
- Dispositif d’aide à Paris - R’école ou l’urgence de la médiation
- « Une approche plus systémique de la notion de difficulté scolaire » - Entretien avec Philippe Mazereau, enseignant chercheur