Surnuméraire
Publication de la circulaire « plus de maîtres que de classes »
15 janvier 2013
  (4 votes)

La circulaire sur le « plus de maîtres que de classes » est parue au BO du mardi 15 janvier. Pour le SNUipp qui préconise une généralisation à terme du dispositif des points restent à améliorer notamment en matière de formation.

Le ministère de l’Éducation a publié mardi 15 janvier la circulaire relative au « plus de maîtres que de classes ». La mise en œuvre de ce dispositif, dont le SNUipp porte la revendication depuis bien longtemps, bénéficiera de la création de 7 000 postes tout au long de la mandature. Les écoles concernées sont « celles de l’éducation prioritaire, mais aussi des écoles repérées localement comme relevant de besoins similaires ». Les écoles qui disposent déjà d’un maître surnuméraire « peuvent néanmoins bénéficier de l’affectation d’un maître supplémentaire, ou faire évoluer les missions de leurs personnels surnuméraires de manière à ce qu’elles correspondent à ce dispositif nouveau. »

Prévenir la difficulté

Pour le ministère, « il s’agit de prévenir la difficulté scolaire » en mettant en œuvre, « en priorité au sein même de la classe » des pédagogies innovantes pour les élèves en difficulté.

  • Toutefois, la précision est importante et a été intégrée au texte à la demande du SNUipp « le dispositif ne se substitue pas aux aides spécialisées, qui gardent toute leur pertinence pour les élèves en grande difficulté ». La différenciation avec les missions des RASED est donc actée. Le SNUIpp sera vigilant sur son application sur le terrain.

« Diverses formes d’interventions pédagogiques peuvent être choisies dont la co-intervention dans la classe avec le maître titulaire ou la prise en charge de groupes d’élèves en fonction de leurs besoins », indique la circulaire. L’organisation d’une école avec «  plus de maîtres que de classes » peut également favoriser la mise en œuvre de modes d’organisation pédagogique en équipes qui diffèrent de l’organisation en classes, « en cohérence avec l’esprit des cycles, et en veillant à assurer aux élèves un cadre d’apprentissage solide et sécurisant ».

  • La liberté d’organisation laissée aux équipes enseignantes, qui était une demande forte du SNUipp, est actée sur le papier. Il faudra qu’elle soit respectée.
  • Le SNUipp souhaite que les postes soient identifiés au mouvement mais est opposé à une affectation sur profil.

Des ressources pour les enseignants

Le texte prévoit également que les équipes de circonscription et les maîtres formateurs « sont mobilisés pour aider les équipes enseignantes à concevoir les projets et les accompagner dans la durée grâce à un dispositif de formation continue ». De plus, la DGESCO avec le SCEREN devra mettre des ressources à la disposition des enseignants et des formateurs (modules, documents pédagogiques, outils méthodologiques) « prenant en compte la recherche et l’innovation » tandis qu’un espace dédié sera ouvert sur Eduscol.

Il faut de la formation continue

  • Il s’agit de passer maintenant du slogan à la pratique. Pour le SNUipp, le « plus de maître que de classe » doit constituer un dispositif de grande ampleur avec un engagement pluriannuel et des formations programmées dans l’ordinaire du métier avec l’aide de formateurs de terrain. Beaucoup reste à faire dans les départements où les équipes devront être formées et accompagnées.

    Télécharger :
    - le texte de la circulaire

Lire aussi :
-  Plus de maîtres que de classes : le projet de loi en discussion

Voir aussi :
- la circulaire sur la scolarisation des tout-petits au BO