Dossier "L’EPS se replace au centre"
Projet sportif à Bordeaux : Charles Martin, une école friande d’USEP
7 avril 2015

C’est grâce à une association USEP très active qu’une école bordelaise a construit un projet sportif sur tous les temps de l’enfant qui favorise le lien social et améliore le vivre ensemble.

Pour trouver l’école Charles Martin, dans le quartier Bacalan à Bordeaux, c’est simple : juste en face du stade ! Terrains de foot, de rugby, de hand, de basket, de tennis, piste d’athlétisme, gymnase avec dojo mais aussi piscine accessible à pied... Les infrastructures toutes proches ne sont sans doute pas pour rien dans le projet sportif qui structure les journées des élèves des 12 classes de cette école classée en REP +. À l’écoute du directeur, Vincent Maurin, on comprend vite qu’ici l’EPS ne se limite pas une activité physique salutaire : « un bon tiers de nos élèves sont en grande difficulté scolaire avec souvent des problèmes de comportement. L’ EPS favorise la reprise de confiance des enfants décrocheurs. La réussite dans les APS restaure l’estime de soi et on travaille le vivre ensemble en rencontrant les autres sur des bases différentes. »

Le rôle central de l’USEP

Grâce à l’implication active d’une noyau d’enseignants convaincus, l’équipe a mis en place un projet qui concilie l’enseignement de l’EPS dans le cadre scolaire et une pratique hors temps-scolaire axée sur le plaisir et la découverte. C’est l’association USEP de l’école qui est au cœur du dispositif. Au fil des années, elle a doté l’école d’un stock de matériel complet et diversifie : tables de ping-pong, skates, rollers, raquettes, tapis de sol, tubas et palmes.... Pour le temps péri-scolaire, l’association a contractualisé une délégation avec la municipalité. Grâce à une subvention communale, elle salarie des animateurs de l’USEP qui interviennent à l’interclasse dans le cadre des « midis de l’USEP » et le jeudi après-midi sur les deux heures de TAP consacrées à des activités de découverte sportive. Autre initiative : l’école multi-sports du mercredi après-midi avec la participation des enseignants qui ont obtenu de la direction académique l’octroi d’indemnités péri-éducatives et le subventionnement du Conseil général au titre des écoles de sport. Gymnastique, judo, rollers mais aussi activités de découverte du milieu aquatique qui démarrent dès la petite section sont au programme.

L’enseignant comme référent

Cette profusion d’activités sur différents temps n’induit- elle pas une perte de repères pour les élèves ? Pour Sébastien Meynard, enseignant en CM1 et cheville ouvrière du projet, « c’est toujours l’école qui est au centre et l’enseignant reste le principal référent. On peut appréhender l’enfant dans différents contextes et développer un regard croisé. Le projet favorise l’articulation entre école et quartier et l’implication des parents, chose plutôt difficile ici. Une vingtaine d’entre eux interviennent régulièrement comme accompagnants.  » Claire Dionis, maîtresse en CP, souligne l’importance du matériel et du personnel supplémentaire pour la pratique de classe : « la programmation des rencontres USEP nous permet de structurer nos programmations et de diversifier les activités ». Plus de 300 licenciés dont 270 élèves des écoles maternelle et élémentaire, un blog très consulté, directeur, enseignants, animateurs et parents au comité directeur ... Le dynamisme de l’association et son caractère partenarial entraînent toute l’école sur le chemin des pratiques sportives et lui redonnent une identité positive qui change l’image du quartier.

Le matériel est géré, entretenu, disposé et rangé par trois personnes recrutées sous le statut de service civique.

BREVES

USEP : Sport scolaire et handicap

Permettre à tous les élèves d’accéder à la culture sportive c’est l’ambition de l’USEP qui a créé dès 2006 un pôle « sport scolaire et handicap ». Comment tendre vers des pratiques sportives inclusives ? Comment organiser des rencontres sportives prenant en compte les élèves en situation de handicap ? En ligne, des fiches pédagogiques et techniques sur l’organisation des activités et des rencontres ainsi qu’un livret sur le « Remue-méninges », un dispositif permettant de faire réfléchir les élèves sur le handicap à la manière des ateliers philo.

www.u-s-e-p.org

Guide – conseil : L’importance des Équipements sportifs

Le guide-conseil sur l’accès aux équipements sportifs recense les besoins des publics scolaires et dresse la liste de ceux qui sont indispensables. Il permet de rappeler aux élus que l’EPS est une discipline d’enseignement obligatoire et nécessite des installations dès l’école primaire. Un stade ou une piste d’athlétisme avec un sautoir et une aire de lancer, un plateau sportif, un espace couvert et aménageable, tout comme l’accès à une piscine sont listés comme nécessaires pour le premier degré.

http://eduscol.education.fr

Natation : Objectif 100 % nageurs dans la Manche

Comment les enfants apprennent-ils à nager ? En allant à la piscine ! C’est en martelant cette évidence que l’équipe EPS de la Manche a réussi à faire progresser de plus de 30 % le nombre d’élèves nageurs à l’entrée au collège. Elle a élaboré un état des lieux de l’accès aux piscines qui a servi de base au développement des équipements et à l’augmentation du temps de pratique. Ensuite, elle a mis en oeuvre une politique volontariste de formation initiale et continue et un long travail de concertation associant élus, parents, enseignants, IEN et CPC. Aujourd’hui, les petits Manchois sont 83 % à être capables de nager plus de 30m à la fin du CM2 et le travail continue.

L’ensemble du dossier :
- Présentation du dossier
- Rapport de l’IGEN : L’EPS débriefée
- « Mettre les pratiques sportives à l’étude » : Trois questions à Pascal Grassetie, formateur EPS à l’Espé de Bordeaux
- Projet sportif à Bordeaux : Charles Martin, une école friande d’USEP
- École rurale dans les landes : A Gaâs, le sport fait campagne
- « Un apprentissage fondé sur des expériences concrètes » : Entretien avec Yvan Moulin, formateur en ESPE