Enquête éducation prioritaire
Priorité aux effectifs et aux conditions de travail
14 janvier 2014

Selon une enquête de la FSU, les personnels de l’éducation prioritaire souhaitent d’abord la baisse des effectifs sur fond d’amélioration des conditions de travail. Des priorités qui devront trouver un écho lors des Assises de l’EP qui vont se tenir au mois de janvier.

Les résultats de l’enquête sur l’éducation prioritaire (EP) lancée en septembre dernier par la FSU arrivent alors qu’au mois de janvier se dérouleront les Assises de l’EP et que le ministère fera ses premières annonces. La forte participation des personnels à l’enquête témoigne d’une volonté d’exprimer les difficultés rencontrées au quotidien mais aussi de voir leur parole prise en compte. Ainsi, 2/3 des personnels jugent leurs conditions de travail insatisfaisantes et 3/4 estiment les effectifs trop lourds alors que la majorité des classes compte plus de 23 élèves (75 % en maternelle et 61 % en élémentaire). Si les personnels souhaitent maintenir un haut niveau d’exigence et d’ambition pour tous, ils sont 87 % à considérer ne pas disposer de suffisamment de temps pour le travail en équipe et déclarent ne pouvoir pratiquer régulièrement la co-intervention qu’à 24 % en maternelle et 19 % en élémentaire. Des demandes qui soulignent plus que jamais la nécessité de combattre la corrélation entre inégalités scolaires et inégalités sociales en favorisant la démocratisation d’une école axée sur la réussite de tous les élèves. Or, pour relever ces défis les personnels estiment massivement qu’il faut améliorer leurs conditions d’enseignement, dégager du temps pour le travail en équipe ou encore développer une formation continue de qualité. Concernant les indemnités ZEP, une majorité (53%) considère qu’elles sont indispensables même si plus de 43 % les jugent symboliques (moins de 100€). Dans un contexte professionnel et salarial dégradé, l’indemnité est toutefois vécue comme une reconnaissance de la difficulté à exercer en EP. Pour le SNUipp-FSU, ces attentes fortes confirment les demandes du syndicat pour concilier réussite des élèves et amélioration des conditions de travail des personnels.


Sondés par la FSU, les enseignants de l’EP estiment que pour améliorer la réussite des élèves il faut en priorité baisser les effectifs par classe tout en favorisant le temps de réflexion pédagogique et la co-intervention. Les quelques 1700 enseignants interrogés attendent aussi une amélioration de leurs conditions de travail. Pour cela, ils demandent du temps pour le travail en équipe ainsi qu’une formation continue de qualité. Lecture : Les répondants à l’enquête étaient invités à classer leurs priorités de 1 à 9. Les graphiques mettent en exergue les propositions les plus fréquemment citées dans les 4 premières priorités.


A consulter :

- L’intégralité de l’enquête FSU