Dossier "Les parents à l’école : Entrer sans frapper"
Pays de Gex (01) : Les enseignants font tampon
15 décembre 2014

« Ici, les réactions des parents sont poussées à l’extrême : les parents absents le sont vraiment parce qu’ils sont en déplacement aux quatre coins du monde, les parents mécontents peuvent s’adresser au recteur plutôt qu’à l’école et ils ont tendance à vouloir nous apprendre notre métier », explique Gaëlle Richardet qui a longtemps dirigé l’école de Segny. Ici, c’est le Pays-de -Gex, une circonscription du département de l’Ain qui jouxte la Suisse. Les parents travaillent dans l’agglomération de Genève, ont des salaires suisses, sont fonctionnaires internationaux ou employés au CERN*. Contester les leçons à apprendre, refuser une sanction, exiger une classe transplantée, corriger les corrections, remettre en cause certaines démarches pédagogiques, négocier la future classe de son enfant : les parents sont jugés exigeants, intrusifs parfois procéduriers.

Le collectif des parents d’élèves du pays de Gex et les enseignants ensemble pour revendiquer en avril dernier des moyens pour les écoles. Une action finalement fédératrice.

« C’est difficile, surtout pour les débutants » précise Gaëlle Chatel, directrice à Collonges. Pas de formation et peu d’accompagnement, l’institution n’est pas d’un grand secours tant elle est débordée par les problèmes de remplacement et par tous les débutants qui passent dans cette circonscription peu attractive en raison de la cherté de la vie et des difficultés de logement. Alors dans l’urgence, les directeurs se retrouvent souvent en première ligne, sommés de régler tous les problèmes par des parents qui les considèrent comme des chefs d’entreprise. Cette année, Gaëlle a préparé la réunion de rentrée avec les 5 PES nommés dans son école, elle y a assisté s’ils le souhaitaient et les accompagne aujourd’hui dans certaines rencontres individuelles. D’autres solutions sont mises en oeuvre mais elles ne reposent là encore que sur l’investissement des équipes : rencontrer les familles, expliquer le fonctionnement du système éducatif français, informer sur ce qui se fait en classe et pourquoi, sans oublier de s’impliquer dans les sorties, les moments conviviaux, les actions avec les associations de parents d’élèves. Tout cela bien sûr en prenant sur son temps et sur soi.

*Conseil européen pour la recherche nucléaire

L’ensemble du dossier :
- Présentation du dossier
- Rapport assemblée nationale : développer la coéducation
- Trois questions à Paul Raoult, président de la FCPE : « « Expliquer pour recueillir l’adhésion des parents » »
- Nîmes : Et si on prenait un café à l’école  ?
- Pays de Gex (01) : Les enseignants font tampon
- Entretien avec Gilles Monceau, professeur en sciences de l’éducation, laboratoire EMA, Université de Cergy-Pontoise : « Jouer sur les ambiguïtés »