Annonces présidentielles
Pas de fermetures de classes en 2012 ? Recrutez des enseignants, alors !
21 juin 2011

L’annonce présidentielle du gel des fermetures de classes en 2012 montre que le chef de l’Etat a été contraint de tenir compte des mobilisations des enseignants, élus et parents. Ce vaste mouvement d’opinion a obligé Nicolas Sarkozy à se pencher enfin sur la situation d’une école asphyxiée par les suppressions de postes.

Pour autant, alors qu’il confirme le dogme du non remplacement d’un enseignant sur deux partant à la retraite, comment va -t-il être possible de tenir cet engagement ? En effet, si le budget 2012 maintient le recrutement de seulement 3 000 postes au concours de professeurs des écoles alors que 11 000 départs à la retraite sont programmés au 1er juillet 2012, ce sont 8000 postes d’enseignants du primaire qui seront encore supprimés l’année prochaine.

Avec cette logique, les postes en Rased, la scolarisation des moins de 3 ans, les postes de soutien aux élèves en éducation prioritaire, de formateurs, de remplaçants vont servir de cibles aux suppressions de postes : ce seront donc les élèves les plus fragiles qui paieront la facture. Le fonctionnement de l’école va se dégrader.

La donne est maintenant claire. Pour que ces annonces soient crédibles, elles doivent être accompagnées d’une mesure concrète. Le SNUipp-FSU demande une hausse immédiate et significative du nombre de places au concours de recrutement des enseignants.

C’est une des exigences qui sera portée lors de la grève unitaire du 27 septembre.

Paris, le 21 juin 2011