Enquête
Parents : les moutards leur montent au nez
12 juin 2017

Le métier de parent n’est pas une sinécure. Près d’un sur deux déclare qu’éduquer son enfant est une tâche compliquée et demande du soutien.

« Éteins cet ordinateur, file dans ta chambre et fais tes devoirs ! » Dur métier que celui de parent… Ils seraient presque un sur deux (46 %) à juger difficile d’élever son enfant d’après une récente enquête d’opinion réalisée par l’institut BVA*. Une difficulté plus particulièrement ressentie dans les foyers à faibles revenus et dans les familles monoparentales ou recomposées (respectivement 60, 55 et 53 %). Parmi les sujets de conflits, le temps passé face aux écrans de toutes sortes arrive en tête, pointé par 45 % des parents, un chiffre qui grimpe à 61 % quand arrive l’adolescence. Viennent ensuite le manque de participation aux tâches ménagères qui en horripile 38 % et les devoirs scolaires dans un tiers des familles. L’alimentation (30 %), le comportement avec autrui (28 %), le langage (23 %) et les sorties (14 %) viennent compléter l’inventaire des récriminations. De plus, un parent sur deux dit avoir du mal à comprendre les réactions de son enfant et ils sont quatre sur dix à ne pas savoir comment l’aider pour résoudre des problèmes le concernant ou le protéger autant qu’ils le souhaiteraient.

Besoin d’aide

Résultat, un sentiment de solitude et un besoin de soutien, même si en cas de difficultés les deux tiers des parents se tournent d’abord vers leur propre famille ou les amis pour leur venir en aide. Ils sont néanmoins près d’un sur deux (47 %) à regretter le manque de dispositifs, de lieux d’accueil et d’écoute pour les accompagner dans leurs missions d’éducation. Ils mettent notamment en avant la rencontre avec les enseignants au sujet de la scolarité et de l’orientation (à 81 %) et des conférences ou des ateliers d’apprentissage à la parentalité avec des professionnels de l’éducation pour 60 % d’entre eux.

*Enquête réalisée en ligne les 23 et 24 mars auprès d’un échantillon représentatif de 1 217 parents ayant au moins un enfant vivant dans leur foyer.