Outils d’évaluation des élèves : de vives réserves
30 septembre 2015

Alors que sont présentés de nouveaux outils d’évaluation des élèves, le SNUipp-FSU doute de leur opérationnalité et demande qu’ils soient expérimentés avant généralisation.

Aujourd’hui, le ministère vient de présenter des nouveaux outils d’évaluation des élèves pour la rentrée 2016 en promettant une évaluation simplifiée et plus lisible pour les familles.

Le SNUipp-FSU, en l’état, en doute fortement. Bien que le projet ait connu des évolutions intéressantes, nous émettons les plus vives réserves sur un dispositif que les enseignants n’ont pas vu fonctionner.

A ce stade, nous faisons même l’hypothèse que les enseignants devront y consacrer beaucoup de temps pour une efficacité pédagogique qui n’est pas garantie. Il est surprenant par ailleurs, que le ministère présente d’ores et déjà des outils destinés à évaluer des programmes qui ne sont pas encore définitivement arrêtés. Le document est à ce titre incomplet puisqu’il n’y aucune visibilité sur la nature et le nombre des compétences qui devront être évaluées dans le menu de l’application nationale qui sera ensuite à imprimer sous forme de bilans périodiques à remettre aux familles.

Par ailleurs, l’école primaire n’est pas un mini collège. Faut-il rappeler à la ministre qu’à ce jour, l’équipement informatique des écoles est loin de permettre aux enseignants d’accéder facilement aux outils d’évaluation que le ministère compte développer. Les enseignants devront donc remplir ces livrets sur leur temps personnel et avec leurs propres outils informatiques. La charge de travail supplémentaire pour l’utilisation de ces nouveaux outils pèsera d’autant plus que, la même année, ils devront s’approprier les nouveaux programmes et ce, sans aucune formation continue programmée à ce jour. Il est totalement inacceptable que le ministère demande toujours plus aux enseignants des écoles alors que la barque est déjà trop chargée.

De même, nous doutons que ces nouveaux outils d’évaluation soient clairement lisibles pour toutes les familles et notamment celles les plus éloignées des codes de l’école.

Nous regrettons que le ministère n’ait pas accepté notre demande de consultation des enseignants sur des outils qui concernent leur métier au même titre que les programmes. Aujourd’hui, nous réitérons notre demande que ces nouveaux outils d’évaluation soient testés par les enseignants afin qu’ils puissent les faire évoluer dans le bon sens plutôt que d’être imposés. En tout état de cause, pour le SNUipp-FSU, pas d’évaluation usine à gaz dans les écoles.

Paris, le 30 septembre 2015