Nouvelle répartition des REP et REP+
Nouvelle répartition des REP et REP+ : équité et transparence à assurer
23 septembre 2014

La répartition académique des 1082 réseaux REP et REP+ a été rendue publique le 23 septembre. Un chiffre global inchangé qui va toutefois modifier la cartographie dans les départements et demander de la transparence dans les choix d’implantation.

Exit RAR, RRS et ECLAIR, voici 1082 réseaux, 732 REP et 350 REP+. Le ministère vient de tracer les contours de la nouvelle cartographie pour l’éducation prioritaire en indiquant le nombre de réseaux qui seront implantés dans chaque académie à la rentrée 2015. Si le nombre global de réseaux reste inchangé leur répartition académique évolue. Le ministère a établi cette répartition sur la base d’un "indice social unique" qui n’a jamais été rendu public malgré la demande du SNUipp-FSU. De fait, le syndicat s’étonne que Créteil ne gagne pas de REP supplémentaires. Le SNUipp-FSU demande donc la publication de cet indice social.

Des entrées, des sorties

Il y aura donc des « sorties » et des « entrées » : 12 académies ont des dotations en baisse comme Toulouse (de 28 à 19), Bordeaux (de 43 à 34) ou Versailles ( de 105 à 96), 15 sont en hausse comme Lille (qui passe de 108 à 117) ou Mayotte qui verra tout le département placé en éducation prioritaire. 4 restent inchangées (Besançon, Créteil, Poitiers et Strasbourg). Le SNUipp et la FSU sont intervenus pour que les enseignants dont les écoles sortiront du dispositif bénéficient d’une clause de « sauvegarde » en percevant notamment une indemnité pendant encore trois ans. Reste qu’il faudra aussi ne pas couper subitement l’accompagnement, les aides et les moyens dans ces écoles.

Tenir compte des écoles et pas uniquement des collèges

Maintenant, entre octobre et novembre prochain, les recteurs et Dasen vont devoir identifier les collèges et écoles REP+ et REP. Il est indispensable que les organisations syndicales soient concertées pour assurer la transparence et l’équité dans cette nouvelle labellisation. A ce titre, le SNUipp-FSU demande que l’on tienne compte des écoles scolarisant un public très défavorisé qui ne seraient pas dans un secteur collège REP. L’enjeu est important : il s’agit de corriger les inégalités sociales et géographiques de réussite scolaire des élèves.

A consulter :

- Plan pour l’éducation prioritaire : un décryptage du SNUipp-FSU

PDF - 480.8 ko

- La répartition des REP et des REP+ par académie à la rentrée 2015

Répartition des REP et des REP+ par académie à la rentrée 2015

cliquer sur la carte pour l’agrandir

Légende :