Handicap
Nouveaux auxiliaires de scolarisation
5 septembre 2011

A la conférence nationale du handicap, 2 000 nouveaux « auxiliaires de scolarisation  » étaient annoncés. Or il ne s’agit que d’un glissement d’emplois sous contrats aidés remplacés par des emplois sous contrat public d’assistants d’éducation. Explications.

En juin dernier à l’occasion de la conférence nationale sur le handicap, de nombreuses voix réclamaient la fin de la situation précaire des AVS-i, leur professionnalisation et leur recrutement, à hauteur des besoins, avec des contrats publics.

Face à cette pression Nicolas Sarkozy a annoncé, à la clôture de cet événement, la fin du recrutement d’AVS sous la forme de contrats aidés, lesquels devaient être remplacés par des contrats publics à durée déterminée de type " assistants d’éducation ". Les AVS-i se trouvaient rebaptisés " assistants de scolarisation ". Cette annonce est précisée publiquement par le ministère de l’éducation nationale : "2 000 assistants de scolarisatin qualifiés supplémentaires seront recrutés dès la rentrée 2011, 4500 pour la rentrée 2012 et 7200 en 2013  " (voir notre article du 14 juin ).

Pas de recrutement supplémentaire
De fait il ne s’agit que d’un glissement qui diminue d’autant le nombre d’emplois de vie scolaire sous contrats aidés comme le précise plusieurs notes ou courriers de la DGESCO en direction des rectorats. Les nouveaux "auxiliaires de scolarisation ", 2000 pour la rentrée 2011, seront recrutés sous statut d’assistants d’éducation (AED), avec des contrats de 3 ans (renouvelables une fois). Ils seront, pour l’instant, considérés comme les autres AVS-i, recrutés dans les mêmes conditions. Consigne a été donnée pour que sur le terrain, les personnes, jusqu’ici sous contrats aidés (EVS sous CUI), soient prioritairement recrutées "afin de ne pas perdre les compétences acquises".

Les conséquences
Si cette mesure peut représenter un très léger pas en avant vers une reconnaissance et moins de précarité pour les personnels en charge de l’accompagnement des élèves en situation de handicap, la question n’est pas résolue résolue. D’abord les besoins sont loin d’être satisfaits et l’administration est tentée de "récupérer" les EVS de l’aide administrative pour y répondre, du fait de la prévision de la baisse des emplois aidés inscrite dans le dernier budget.
Ensuite il sera difficile de recruter, gérer et former des personnels avec une telle diversité de situations : les assistants d’éducation avec mission d’AVS-i, les contrats aidés (emplois de vie scolaire CUI), les personnels recrutés par les assocciations via des conventions (très peu nombreux), et pour finir les nouveaux auxiliaires de scolarisation qui sont comme les AVS-i assistants d’éducation... Enfin, les exigences de professionnalisation et de statut pour ces personnels ne sont toujours pas entendues.