éducation prioritaire
Non aux ECLAIR : pétition commune
24 mai 2011

Treize syndicats viennent de lancer une pétition « Non aux ECLAIR, oui à une vraie éducation prioritaire ».

Je signe l’appel

ZEP, RRS, RAR : même si les dispositifs mis en oeuvre dans les zones les plus défavorisées pouvaient sembler insuffisants et peu soutenus, et aboutissaient à des résultats trop faibles, tout le monde s’accorde à dire qu’ils représentaient un effort pour assurer à tous les jeunes des quartiers défavorisés « un petit plus » pour combattre les inégalités scolaires.

La politique du gouvernement a tout fait capoter en quelques années : la suppression de la carte scolaire a accru la ghettoïsation ; les difficultés sociales se sont accrues tant au niveau de l’emploi que du logement ; la ségrégation ethnique s’est renforcée, en opposition aux discours sur l’intégration ; les incitations au départ des élèves les plus « méritants » ne peuvent améliorer les apprentissages de tous ; enfin, les suppressions de postes ont des conséquences dramatiques jusque dans l’éducation prioritaire avec la baisse de la scolarisation des 2 ans, la suppression des postes de RASED, l’augmentation des effectifs dans les classes.

Et pourtant le ministre sait que l’école française est une de celles qui parvient le moins à faire réussir les élèves des milieux défavorisés. La baisse de la part de l’éducation dans le PNB ne peut représenter une solution surtout quand les principales zones de difficultés sont clairement identifiées et se recoupent avec les zones les plus touchées économiquement : grande région parisienne, nord, sud-est. Le pilotage par les injonctions, la dérèglementation, les modifications incessantes des dispositifs ne représentent pas plus des solutions acceptables. C’est ce qu’ont voulu dire les organisations syndicales à l’initiative de la pétition qui a recueilli plus de 3 000 signatures en 3 jours !


La pétition

Le site de l’OZP

Le compte rendu du Café pédagogique de la journée nationale de l’OZP du 21 mai.

Sur le même sujet :
- Le sort des écoles n’est pas réglé en un ECLAIR
- L’éducation prioritaire démantelée