LPC
Non à l’usine à cases
3 mai 2012

Le livret personnel de compétences, dernier avatar des demandes institutionnelles qui bouleversent le sens du travail des enseignants, impose – une fois de plus - une charge de travail supplémentaire. Le SNUipp-FSU invite les équipes enseignantes à ne pas le renseigner.

Le livret personnel de compétences fait progressivement son entrée dans les écoles. Cette nouvelle demande institutionnelle tombée d’en haut a une fois de plus de quoi dérouter les enseignants : 46 items à renseigner avant la fin de l’année pour les élèves de CE1, 110 pour ceux de CM2 ! Le LPC est une partie du livret scolaire et suit l’élève au collège. Dans certains départements et certaines écoles l’administration propose l’utilisation de sa version numérique. Arrivant comme une tâche supplémentaire, le LPC fait double emploi avec les livrets scolaires élaborés par les équipes. Il est à l’image des demandes institutionnelles imposées « d’en haut » et des transformations progressives qui bouleversent le sens du travail des enseignants.

De l’écran de fumée à l’usine à cases

Les cases à remplir, les évaluations incessantes auraient tendance à devenir le cœur du travail enseignant parce que le ministère de l’éducation nationale est obsédé par la remontée d’indicateurs en tous genres. Par contre ce même ministère occulte totalement les questions pédagogiques et didactiques qui permettraient d’atteindre une meilleure réussite des élèves. Il faut dire que cela nécessite des engagements à une tout autre échelle en terme de formation, de conditions d’enseignement, de confiance... Personne ne peut contester la nécessité des évaluations mais les enseignants ne vont pas se transformer en « poinçonneurs des Lilas » ! Cerise sur le gâteau, pour le LPC numérique « proposé » dans certains endroits, c’est le directeur, détenteur d’une clé OTP unique, qui doit renseigner lui-même l’ensemble des cases !

Stop ! La coupe est pleine

Le SNUipp-FSU appelle les équipes enseignantes à ne pas renseigner ce LPC, véritable usine à cases. Il faut en finir avec cette évaluation incessante qui se substitue au temps nécessaire pour les apprentissages. Il est urgent de revenir à des principes simples et lisibles en matière d’évaluation des élèves. C’est le sens de la motion ci-dessous que le SNUipp-FSU propose aux équipes d’école de signer massivement.

Télécharger :

PDF - 31.4 ko
La motion pour le Conseil des maîtres

A envoyer à l’inspection académique (copie au SNUipp départemental)


PDF - 467.9 ko
Le 4 pages LPC