Migrants : l’Allemagne face au défi de l’intégration
1er février 2016

D’importants efforts sont consentis par les länder pour scolariser les enfants des migrants qui arrivent très nombreux en Allemagne.

Plus d’un million de demandeurs d’asile en 2015 et parmi eux environ 325 000 enfants en âge d’être scolarisés, tel est le défi que doit relever l’Allemagne. Après avoir ouvert ses portes aux réfugiés, cinq fois plus nombreux qu’en 2014, le pays a désormais restreint l’accueil, écorné par des tensions comme à Cologne et travaille activement à leur intégration. Ainsi, près de 9 000 enseignants ont été recrutés mais le pays estime à 24 000 le nombre d’enseignants nouveaux qui seraient nécessaires. Équivalentes à des UPE2A françaises, unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants, les Wilkommensklasse (classes de bienvenue), ont été lancées dans les 15 états-régions (Länder).

D’une région à l’autre

Elles se consacrent à l’apprentissage rapide de l’allemand, « la clé de l’intégration », estime Marlis Tepe, présidente du syndicat enseignant GEW. Des systèmes de tutorat ont été organisés dans les établissements entre élèves allemands et réfugiés. Mais d’une région à l’autre, les situations diffèrent. Ainsi, les régions de Berlin et de la Sarre scolarisent les enfants dès leur arrivée, mais dans les 14 autres les familles doivent attendre d’avoir déposé leur demande d’asile, voire d’avoir un permis de séjour, ce qui peut prendre deux à trois mois. Si les réfugiés syriens et afghans peuvent espérer obtenir ces documents, ce n’est pas le cas d’autres demandeurs d’asile, comme ceux venus des Balkans.