Même pas peur
16 mars 2016

Peur du noir, peur de l’autre, peur de l’ogre, du loup, des monstres sous le lit… Peur parfois d’aller à l’école, de glisser du toboggan, de rester seul, de partir à l’aventure, peur d’apprendre. La peur qui rend prudent et permet d’éviter les dangers, et la peur qui fait grandir car on la dépasse. Bref, une émotion au cœur de l’univers enfantin, que les livres déroulent et explorent. Même pas peur  !

Mais qui cela peut-il être  ?

De Shawn Mahoney, ill. Thomas Baas, Ed. Seuil Jeunesse. Cycle 1

Au chaud sous sa couette, le soir dans le noir, l’oreille est aux aguets. Qui monte l’escalier  ? Chaque double page projette les hypothèses du petit, sur fond noir comme la nuit. Du canard de son bain aux gros monstres poilus, l’imagination fait envisager le pire, jusqu’à cette inquiétante ombre de loup… La chute est aussi amusante que colorée, et permet aux enfants de comprendre qui était dans le lit et… dans l’escalier. Des illustrations intéressantes (cadrages, couleurs, graphisme) accompagnent un texte qui joue sur le suspense.

L’enfant qui avait oublié sa peur

De Nathalie Wyss, ill. Béatrice Boutignon, Ed. Le Baron Perché. Cycle 1

L’enfant marchait dans le vent, dans le froid sans relâche, de peur que son cœur ne s’émiette. Seuls la rencontre avec l’ours qui ne le quitte plus, et le besoin de protéger ce nouvel ami de sa propre peur vont aider l’enfant à apprivoiser la sienne qui, telle un petit oiseau sur l’épaule, peut venir et s’envoler. Un texte un peu étrange, avec des illustrations aux couleurs pastel dans les tons bistre, aux détails intrigants comme les lunettes de soleil de l’ours, qui forment un ensemble bien doux pour rassurer les peureux.

Mes petites peurs

De Jo Witek, ill. Christine Roussey, Ed. De La Martinière Jeunesse. Cycles 1 et 2

Une petite héroïne qui n’a pas peur d’affirmer «  Moi, des peurs, j’en ai des tas.  » et qui en dresse un catalogue, dans toutes les situations du jour et de la nuit, dans la rue, au supermarché ou à l’école. Un vrai tour des peurs de cette coquine qui n’a pas l’air si effrayée, sur des illustrations au coup de crayon faussement enfantin et aux découpes dans les grandes pages cartonnées qui font avancer avec douceur et curiosité dans le récit.

Il était deux fois

De Cyril Romettino, ill. Bruno Robert, Ed. du Ricochet

Un canard, une autruche. Ignorant tout l’un de l’autre, ils ont tellement peur lors de leur rencontre que l’un fait le canard et l’autre l’autruche  ! Faire connaissance, ce n’était pas gagné et pourtant... Découvrir l’autre, vaincre sa peur de l’inconnu et de l’étranger  : une belle histoire qui pourrait faire méditer les grands, non  ? Le texte laisse le temps à l’histoire de se dérouler, et les rabats qui se déplient laissent au dessin tout l’espace dont ces deux-là ont besoin pour déployer les ailes de l’amitié  !

Barbe-Bleue

De Charles Perrault, ill. Frédéric Bélonie, Ed. Actes Sud. Cycle 3

On ne présente plus cet archétype du méchant qui fait peur au-delà de tout, laid et inquiétant, dont la jeune épouse va pousser, en son absence, la porte interdite… Le texte original est magnifiquement illustré, avec une dominante de bleu-vert qui renvoie au caractère fantastique et quelques planches où le rouge vient renforcer la peur qui monte et la violence de la situation. En choisissant la gravure, mais en modernisant le trait, l’illustrateur propose une version graphique de ce célèbre conte.

Je suis un peu timide…

Illustré par Muzo, Actes sud junior BD

La collection traite des émotions des enfants sous forme de BD rassurantes. Ici, on voit Léa la timide renoncer à de nombreux plaisirs par peur de prendre la parole, d’être rejetée, moquée… Le cliché de «  la  » timide est heureusement contrecarré par l’aveu d’un copain «  Moi aussi je suis timide.  » Et surtout la timidité de Léa ne résiste pas à l’amitié et la valorisation à l’école . Si les deux figures de l’ange et du démon qui accompagnent l’enfant peuvent interroger, elles permettent de dire les pensées, les émotions contradictoires qui traversent la fillette


Trop de la chance

De Claire de Gastold, Ed. École des loisirs. Cycles 1 et 2

Qui dit peur, dit « même pas peur ! ». Ces quatre renardeaux ne sont pas censés quitter le terrier pendant l’absence de leurs parents. Or la témérité des trois premiers entraîne toute la fratrie bien loin de chez elle. Et si le petit dernier ne dit rien, « son ventre gargouille horriblement ». Dehors, rien n’effraie les trois grands, et si le petit les suit, c’est que ça fait trop peur de rentrer tout seul ! On ne vous dévoilera pas ce qui arrive aux trois fripons, ni comment ils s’en tirent, parce que ça vaut vraiment la peine de lire cet album tout en couleurs, de rentrer dans la vie de cette famille renard (ah les parents qui cuisinent !), et de laisser nos titous dire ce qu’ils voient, ce qu’ils ressentent et comprennent des émotions du renardeau.