Malades et maladies
9 mars 2015

Il y a la grippe qui guette, de petits rhumes et de méchantes maladies qui nous tombent dessus ou qui frappent des proches. Quand la santé ne va plus, autant avoir quelques bons livres. En voici quelques uns, récents, sur ces histoires de malades.

Madame Cerise et le trésor des pies voleuses,

de Sandra Poirot Cherif, Ed. Rue du Monde. Dès le cycle 1 et jusqu’au cycle 3

Elle est un peu perdue, madame Cerise. Elle se rappelle ses émotions d’enfant sur son petit vélo mais ne sait plus où sont ses clés de voiture et peine à retrouver sa maison. Grave et joyeuse, une histoire pleine de poésie et de pudeur sur la perte de la mémoire d’une vieille dame. Un album aux superbes dessins généreux sur chaque double page, aux couleurs chaudes et gaies, qui donnent à voir la vie pleine d’amour d’un vieux couple. Des détails savoureux, comme le départ au restaurant à mobylette. Un régal plus doux qu’amer.

Des petits trous au bout des doigts,

de Marion Achard, Ed. Actes sud junior. Cycle 3

Paul est diabétique. Ce petit roman commence le jour où la maladie s’est déclarée. Paul raconte l’hôpital, le retour à la maison, et à l’école… Il va devoir s’adapter à cette vie avec une maladie difficile à comprendre : « Tu ne la vois pas. Elle t’attaque ». Un joli texte pour dire les étapes à l’annonce d’une maladie (déni, colère, révolte, acceptation…) mais aussi l’inquiétude des parents, les copains, la place de la connaissance et de la parole avec juste ce qu’il faut d’humour.

Ma gare d’Austerlitz,

de Anne Sophie Silvestre, Oskar Editeur. Cycle 3

Un billet pour la vie s’il vous plaît : Georges, 15 ans, lutte contre une leucémie. De l’hôpital, il écoute sans cesse les annonces de la gare toute proche. De quoi donner des envies de voyage à ce garçon qui espère ainsi échapper à la maladie. Mais l’escapade va mal tourner, faute de traitement. S’il retrouve le chemin de la vie, Georges le doit à quelques belles rencontres, notamment avec ceux qui le soignent. Sans mièvrerie ni pathos, cette histoire sonne juste, mêlant rêve, quête initiatique, maladie et guérison.

La santé,

de Muriel Zürcher, ill. de Marion Puech, Ed. Actes sud junior. Dès 6 ans

Documentaire de la collection « À très petits pas » qui apporte des réponses simples aux questions de base : la santé, c’est quoi ? Médecins, maladies contagieuses, microbes, opérations, médicaments, maladies mentales, argent… les sujets sont abordés avec une grande clarté. Quant aux illustrations, très « BD », elles apportent une touche d’humour à ces questions sérieuses. À avoir dans les classes pour parer à toutes les interrogations sur les maladies !

Au clair de lune,

de Catherine Latteux, ill. Oreli Gouel, Ed. Mazurka. Dès le cycle 1

Sa nouvelle voisine qui vit derrière des volets fermés, est une « enfant de la lune », joli mot pour désigner une rare mais terrible maladie qui empêche de sortir à la lumière du jour. À la tombée de la nuit, deux amis rêvent d’aventures, jusqu’au jour où l’envie de sortir est trop forte, ce qui n’est pas une bonne idée. Les illustrations tendres, en douceur, se plient à l’atmosphère de cette histoire où l’amitié permet une échappatoire à la solitude et à l’enfermement.

L’envolée d’Antoine,

de Katia Canciani, Ed. de l’Isatis. À partir de 9 ans

Un petit garçon, affaibli par la maladie, quitte son lit d’hôpital pour réaliser son rêve : voler ! Les illustrations disent plus de la maladie que le texte lui-même qui suit l’enfant dans son aventure. Et, au-delà de l’histoire d’un enfant malade, c’est celle de la concrétisation de nos rêves dont il s’agit : « Il découvre la terre vue du ciel et retrouve cette joie intense qui lui donnera la force de se battre », commente l’auteure. Un livre canadien… à acheter sous format numérique.


Le chien que Nino n’avait pas,

de Edward Van de Vendel, ill. Anton van Hertbruggen, Ed. : Didier Jeunesse. À partir de 7 ans

Qu’importe que Nino n’ait pas de chien : il s’en invente un et ce chien est un véritable ami qui le suit partout. Et qu’importe si ses parents finissent par lui offrir un chien que tout le monde peut voir, l’enfant s’invente alors une ménagerie extraordinaire avec une fantaisie grandissante… Un texte sobre pour ce jeu avec l’imaginaire enfantin, avec une voix off et de magnifiques illustrations aux teintes rétro qui créent une atmosphère mélancolique. Fascinant, original et drôle, ce livre a reçu le prix Sorcières 2015 dans la catégorie « Album ».

Retrouvez les chroniques de Marion Katak sur sa page facebook : https://www.facebook.com/marion.katak

Lire aussi :
- La sélection de livres de Rue du monde