MEXICO : l’AEFE ET LE MAEE CAPITULENT !
7 février 2014

Avec la signature ce 23 janvier d’un protocole passé entre le délégué de la direction de l’AEFE et le Lycée Franco Mexicain en vue de la signature d’une nouvelle convention, les masques tombent.

Le SNUipp considère que l’AEFE et le MAEE ont bien vite rendu les armes face à la décision du comité de gestion de dénoncer la convention actuelle. La nouvelle convention de façade, qui va transformer effectivement les quatre-vingt-quatre postes de résidents en recrutés locaux, démontre que le pouvoir de l’argent a toujours le dernier mot !

L’Etat aura beau jeu de souligner que le lien avec la France est maintenu, les conséquences sur les conditions de vie des résidents et des contrats locaux seront immédiates :

- contrairement à ce qui est affirmé, les revenus des anciens résidents souhaitant rester baisseront au minimum de 30% en raison de l’imposition mexicaine les nouveaux titulaires recrutés ne pourront pas bénéficier de conditions salariales aussi favorables, et les anciens résidents verront leur contrat revu encore à la baisse au bout de deux ans

- les conditions salariales des recrutés locaux ne seront évidemment plus garanties suite au désengagement financier de l’Etat français

- Les conséquences sur le climat de travail dans l’établissement, déjà dégradé les années précédentes, sont d’ores et déjà à prévoir : perte complète des droits pour les personnels, purges annoncées à l’embauche...

Le comité de gestion du Lycée veut bien continuer à gagner de l’argent avec le prestige de "l’éducation à la française" mais en rejette toutes les valeurs !

Les efforts importants de financement que l’État français a consentis, qu’ils soient en investissements ou en postes budgétaires sont balayés d’un simple revers de main par la nouvelle convention. Le Lycée français de Mexico, le plus grand établissement conventionné du monde, n’est pas un bien marchand que le comité de gestion peut purement et simplement s’approprier.

Le SNUipp dénonce donc cette nouvelle convention qui n’en est pas une. Il attend de l’AEFE, du MAEE et de tous les élu(es) un engagement beaucoup plus ferme afin de maintenir le Lycée Franco Mexicain au sein du service public d’éducation à l’étranger.

LIRE LE COMMUNIQUE DE PRESSE UNITAIRE

LIRE LE COURRIER ADRESSE AU MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES