Groupe de travail du 26 novembre
Les missions, les conditions de travail et la revalorisation
28 novembre 2013

Le premier groupe de travail « Professeurs des écoles », qui s’est tenu le 26 novembre a permis au SNUipp-FSU de faire un certain nombre de remarques quant aux indispensables évolutions du métier : missions, conditions de travail et revalorisation.

Lors du groupe de travail du 26 novembre, le ministère a d’abord rappelé les principes généraux de ces fiches : La première fait état des nouvelles mesures mises en place : les activités pédagogiques complémentaires (APC), l’indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves (ISAE), l’augmentation du rapport promus/promouvables pour l’accès à la hors classe. La seconde fiche traite du projet de décret sur les remplacements, du mouvement, et des PE dans une situation particulière, notamment dans les établissements médico-sociaux, pénitentiaires, et les SEGPA. Cette deuxième fiche doit être complétée par les propositions du groupe de travail qui a pour objectif de lister les sujets à traiter concernant les professeurs des écoles.

Le positionnement 

L’ouverture de ce chantier "Professeurs des écoles" répond à la demande du SNUipp-FSU d’un groupe de travail spécifique sur les missions et les conditions de travail des PE. Pour autant, il s’interroge sur l’architecture de l’ensemble des fiches. La fiche PE est traitée indépendamment des autres or, pour le syndicat, elle devrait servir de base commune et être complétée par des fiches concernant les missions particulières. En effet, les directeurs d’école, les CPC, les maîtres formateurs ou les enseignants dans une situation particulière ont tous le statut de PE. Il s’agit d’assurer une meilleure cohérence sur l’ensemble des dossiers : missions, obligations réglementaires de service (ORS), déroulement de carrière, formation.

Lors de ce premier temps de travail, le SNUipp a insisté sur le climat dégradé dans les écoles, la charge de travail de plus en plus lourde des PE, le manque de reconnaissance, la multiplication des missions, la baisse du pouvoir d’achat… Le vivier de candidats aux concours de recrutement augmente peu malgré une hausse du recrutement. Le métier d’enseignant n’attire pas encore assez.

Demande de l’ouverture de discussions sur des thèmes qui ne sont pas abordés.

L’éducation prioritaire :

Les professeurs des écoles en éducation prioritaire doivent pouvoir bénéficier de mesures semblables à celles annoncées pour les professeurs des lycées et collèges qui enseignent dans ces territoires et qui devraient bénéficier de décharges horaires de service.

Réponse du ministère : les mesures concernant les enseignants de l’éducation prioritaire toucheront également les professeurs des écoles. Cette annonce sera faite par le ministre début janvier dans le cadre de la préparation de la rentrée. Le ministère reconnait la difficulté d’en définir les modalités. Le travail sur l’ éducation prioritaire se fera dans un autre contexte que celui des chantiers métiers.

La formation continue :

Elle recule depuis plusieurs années et se réduit le plus souvent à des animations pédagogiques ou à des formations à public désigné. Le SNUipp a rappelé qu’elle est un levier indispensable à la transformation de l’école. Si le magister est un complément intéressant, il est insuffisant et les moyens de remplacement permettant aux enseignants de partir en stage sont à recréer.

Réponse du ministère : pour la formation continue, affichée comme une priorité importante pour le ministère, 1 000 emplois de formateurs vont être créés, mais seront affectés essentiellement dans le second degré pour la création de la nouvelle fonction de formateur du 2nd degré. Rien n’est avancé pour remettre en œuvre une formation continue pour les enseignants du primaire.

La revalorisation des PE :

Elle est tout à fait insuffisante pour l’instant. Elle doit passer d’abord par la fin du gel du point d’indice et par un alignement de l’ISAE sur l’ISOE (indemnité équivalente dans le 2nd degré), c’est à dire au minimum 100€ par mois.

Les obligations réglementaires de service (ORS) :

Le SNUipp rejette le projet de décret sur les remplaçants et les postes fractionnés. Il demande que soient revues les obligations de services pour toutes les missions spécifiques (CPC, PEMF, enseignants spécialisés, remplaçants…).

La réponse du ministère : le prochain groupe de travail du 4 décembre fera un état des lieux sur les ORS et sur les indemnités ou la bonification indiciaire perçues par les personnels exclus pour l’instant de l’ISAE.

Le droit syndical : Le SNUipp-FSU réaffirme son exigence du respect complet de tous les droits syndicaux, dont le retour à l’organisation des RIS sur l’ensemble du temps de travail, la fin des atteintes au droit de grève suite à la loi instituant le droit d’accueil (déclaration d’intention de grève et SMA).

Réponse du ministère : l’augmentation du nombre de demi-journées d’information syndicale passant de deux à trois fois trois heures est une première avancée. Il envisage une situation intermédiaire qui permettra d’organiser les réunions d’information syndicale en partie sur le temps classe alors que cela se limitait jusqu’ici aux 108 heures.

Évaluation des personnels : L’étude de ce dossier se fera dans un second temps. 

Le prochain groupe de travail qui se réunira le 4 décembre traitera de la situation particulière des enseignants en établissement médico-sociaux, avec des propositions concrètes du ministère. Les autres situations particulières feront l’objet d’un premier état des lieux.

Télécharger :
- La fiche de travail n°1 avec commentaires du SNUipp
- La fiche de travail n°2 avec commentaires du SNUipp

Lire aussi :
- enseignants remplaçants : non à la modification des obligations de service !