Agence pour l’enseignement français à l’étranger
Les expatriés
13 septembre 2015

Espèce peut être en voie de disparition dans le premier degré, les postes d’expatriés sont réservés aux fonctions de directeur d’école, de conseiller pédagogique, d’enseignant maître formateur en établissement, voire d’enseignant spécialisé CAPASH. L’expatriation est désormais liée à des missions particulières et non plus seulement à la mobilité.

Enseigner à l’AEFE

Expatriés : espèce en voie de disparition ?

Depuis deux décennies, l’offre en poste d’expatriés s’est considérablement réduite. Dans le 1er degré, les postes d’adjoints expatriés ont disparu, y compris dans les pays difficiles ou peu attractifs (catégorie A), en particulier en Afrique. Les supports d’expatriés sont désormais des postes à "profil" réservés à des missions de direction ou de formation.

La suppression des supports budgétaires d’expatriés par l’AEFE était censée financer l’amélioration de la situation des résidents et des recrutés locaux mais elle s’est opérée sans réelle contrepartie financière pour les personnels. Autant dire que ceux qui militent pour le statut unique des détachés en espérant y trouver une quelconque amélioration pour tous déchanteront vite...

Plus récemment, confrontée à une plus grande rigueur budgétaire, l’AEFE “transforme” même des postes de directeurs d’école en contrats résidents. Le SNUipp s’oppose vigoureusement à ces mesures, d’autant que le statut empêche le versement des indemnités afférentes à la fonction et que les collègues recrutés comme “faux résidents” dans le réseau AEFE sont privés des avantages liés à l’expatriation.

Une cinquantaine d’expatriés sont embauchés chaque année au terme d’un long processus de recrutement qui s’apparente, pour les candidats, à un véritable parcours du combattant (dossier, entretien).

Rôle et missions des expatriés

Directeurs

Le rôle et les missions du directeur à l’étranger sont plus complexes que dans les écoles en France : organisation pédagogique, mise en place des projets, recrutement, gestion et accompagnement des personnels non titulaires ; gestion des budgets, de l’immobilier ; positionnement au sein de l’équipe d’encadrement sous la responsabilité d’un chef d’établissement ; relation avec le service culturel, les comités de gestion et les parents d’élèves ; risque d’isolement... 

CPAIEN

Les conseillers pédagogiques travaillent auprès d’un IEN en résidence sur une zone géographique qui peut couvrir plusieurs pays. Ils organisent la coordination des projets pédagogiques, les actions de formation dans le cadre du Plan régional de formation continue et sont éventuellement en charge du suivi des établissements homologués.

EMFE

Les enseignants maîtres formateurs en établissement (EMFE) ont généralement une décharge partielle d’enseignement. Ils interviennent dans la formation, en particulier celle des recrutés locaux, sur un ou plusieurs établissements d’un même pays. Ils accompagnent la mise en place des programmes et des projets d’établissements, notamment sur l’enseignement des langues.

ASH

Très peu de postes sont réservés à des enseignants titulaires à la fois du CAPASH option E et du CAFIPEMF (Tunisie, Maroc, Sénégal, Chili) dans un réseau où les situations de handicap et la difficulté scolaire existent comme ailleurs.

Conditions et statuts

décret 2002-22 du 4 janvier 2002

Ce sont les personnels recrutés hors du pays d’affectation par la directrice de l’Agence, après avis de la Commission Consultative Paritaire Centrale (CCPCA). Ils sont détachés auprès de l’AEFE qui les rémunère pour une période de trois ans renouvelable par reconduction expresse pour deux périodes d’un an.

Rémunération

- traitement indiciaire brut (base Paris, sans l’indemnité de résidence). Attention, l’indice est gelé pendant toute la durée du contrat (au niveau de celui détenu au moment de l’entrée en fonction). Si une promotion ou un changement de corps intervient, elle n’est pas prise en compte, mais les prélèvements sociaux sont calculés sur la base du nouvel échelon. Une promotion ou une intégration se traduit donc par une baisse de la rémunération.
- indemnité d’expatriation, variable selon les pays mais très substantielle
- des majorations familiales pour les enfants à charge en lieu et place des prestations familiales servies en France. Elles sont attribuées aux personnels expatriés à la place des avantages servis en France. Le montant des majorations familiales est calculé pour un enfant de moins de 10 ans, par application au traitement afférent à l’indice brut 585, d’un coefficient multiplicateur qui varie selon les pays. Le montant est majoré de 25% pour un enfant de 10 à 15 ans et de 50% pour un enfant de plus de 15 ans (limite d’âge : 16 ans, 18 ans s’il est placé en apprentissage ou 21 ans s’il poursuit ses études)
- indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves (ISAE)
- indemnité de fonction particulière, pour les enseignants spécialisés
- un billet d’avion périodique pour la France pour l’agent, son conjoint et ses enfants

Changement de résidence

décret 86-416 du 12/03/86

Les frais de changement de résidence, pris en charge par l’AEFE, comprennent un voyage A/R pour l’agent, son conjoint (marié ou PACS) et ses enfants et une indemnité de bagages versée en deux temps : 80% après la signature du contrat, le solde dans un délai de 6 mois après l’arrivée. L’indemnité est calculée sur la base de 500 kg pour l’enseignant, 300 kg pour son conjoint et 200 kg par enfant.