Dossier : "Enseigner : l’école ramène sa science"
Lecture-écriture aux Mureaux :: Recherche : Action !
19 mars 2014
  (1 vote)

Dans la circonscription des Mureaux, des enseignants participent à une recherche-action en lecture-écriture. Un travail d’échange entre praticiens et chercheurs qui vise à améliorer un dispositif au service de la réussite des élèves.

Enseignant en Grande section à l’école maternelle Maurice Ravel aux Mureaux, Bruno Lesage participe au Groupe recherche-action sur l’étude de la langue (GRAEL), tout comme une trentaine de classes de cette circonscription des Yvelines*. Initié par André Ouzoulias, le GRAEL repose sur un dialogue entre chercheurs et praticiens mais aussi entre les enseignants qui échangent régulièrement sur leurs pratiques et partagent leurs outils. « Le but est de réussir à formaliser la recherche-action et d’améliorer progressivement le dispositif afin qu’il soit appropriable par tous les enseignants » explique Bruno. Une fois par période, les enseignants se réunissent pour détailler des situations pédagogiques ou présenter des outils comme le cahier référent de la classe (un cahier dans lequel les élèves trouvent des mots outils pour les aider à rédiger).

JPEG - 27 ko

Produire des textes porteurs de sens

« Dans la classe, il y a un affichage collectif construit par les élèves, qui évolue, et que je transcris en numérique afin qu’ils puissent y accéder depuis leur tablette » précise Bruno : les jours de la semaine, les couleurs, les formes, les mots de liaison... Ces outils référents seront transmis en fin d’année aux enseignants de CP pour que les élèves continuent à l’enrichir. « Il s’agit d’amener les élèves à produire des textes tout en arrivant à une pratique de l’orthographe exigeante » indique Bruno qui travaille actuellement sur la réalisation d’un film en « stop motion » (image par image). En partant du texte itératif de l’album « Roule Galette », et à l’aide des mots référents, les élèves ont écrit de petites phrases sur des étiquettes pour les mettre en place dans le film. « Car il ne s’agit pas seulement d’écrire pour écrire » souligne Bruno, « il faut que le travail d’écriture revête du sens ». Le film aura ainsi été produit de A à Z par les élèves, du décor à la musique en passant par le story-board et le doublage des séances filmées...

*Lire aussi : www.snuipp.fr/Zero-faute-aux-Mureaux