Contribution programmes
Le temps long des apprentissages
22 septembre 2013
  (1 vote)

Roger-François Gauthier, Inspecteur général et professeur d’éducation comparée, plaide pour une mise en cohérence des objectifs d’apprentissage ainsi que des outils de suivi et d’évaluation pour l’école et le collège.

Les enseignants du premier degré ont souvent ressenti comme une tâche imposée sans raison partagée le renseignement du livret personnel de compétences validant le socle commun. Surtout qu’au même moment les programmes faisaient bon marché du socle !

Au collège, les enseignants ont eu aussi à supporter l’empilement des contraires : les programmes des disciplines, et leur logique propre, juxtaposés au socle commun, et le diplôme du brevet, avec sa logique compensatoire (tout est « moyenné »), juxtaposé au livret de compétences ! Qui aurait pensé qu’une réforme ainsi gérée allait se mettre en place ?

Mais ne peut-on rêver d’autre chose ? C’est-à-dire qu’école et collège, travaillent consciemment avec les mêmes objectifs d’apprentissages (et le mot de culture, qui colle désormais au socle, avec celui de compétence, n’est-il pas le bon terrain pour parler du fond ?), avec des outils de suivi et d’évaluation cohérents, avec l’ouverture à ce qu’enseigne l’autre, avec la fin de l’ignorance et souvent du mépris pour le niveau d’avant ou le niveau d’après.

La spécialisation sur un niveau ou une discipline entrave souvent pour accéder à la seule vision d’ensemble qui en vaille la peine : le lent apprentissage de l’élève.

Roger-François Gauthier