Masters en alternance
Le SNUipp et l’Unef écrivent au ministre
6 décembre 2011

Absence de contrat ou de convention de stage, baisse de la rémunération et retards de paiements, le SNUipp et l’Unef ont pointé les principaux dysfonctionnements de la formation des enseignants et demandent réparation au ministre de l’éducation nationale.

Le secrétaire général du SNUipp Sébastien Sihr, et celui de l’Unef Emmanuel Zemmour, ont adressé hier mardi 6 décembre un courrier à Luc Chatel afin d’attirer son « attention sur la situation des étudiants inscrits dans les masters en alternance se préparant aux métiers de l’enseignement ». Les deux organisations pointent deux difficultés majeures. La première tient à « une absence de contrat de travail ou de convention de stage, alors qu’ils étaient déjà affectés dans les écoles » dans de nombreux départements, assortie, comme en Seine-et-Marne par exemple, d’importants retards dans le versement des salaires.

Une convention pour tous les stagiaires

Second objet de discorde, la baisse des rémunérations des stages. Les étudiants ont été mis devant le fait accompli. Considérés comme contractuels, ils « sont rémunérés 495,44 euros brut par mois sur la base de 4 jours travaillés contre 617,40 euros auparavant », depuis la publication d’une circulaire le 14 septembre dernier. « Nous vous demandons d’intervenir auprès des recteurs et des inspecteurs d’académie afin qu’aucun étudiant ne soit en stage sans convention, ni ne subisse de retard de paiement de son salaire » écrivent les deux secrétaires généraux au ministre. Ils insistent sur le fait que tout étudiant inscrit en master en alternance doit « pouvoir bénéficier de la rémunération qui leur avait été annoncée ».

Lire aussi
-  La lettre du SNUipp et de l’Unef