ASH
Le PAP fera-t-il des miracles ?
24 juin 2014
  (1 vote)

Le décret et la circulaire d’application du Plan d’accompagnement personnalisé (PAP) devraient être très prochainement publiés. Un dispositif essentiellement tourné vers les enfants porteurs de troubles « dys ».

Le plan d’accompagnement personnalisé (PAP) peut être mis en œuvre « pour les élèves dont les difficultés scolaires durables sont la conséquence d’un trouble des apprentissages », cette notion de trouble renvoyant à un diagnostic médical. Sont visés ici essentiellement les troubles « dys », qui étaient auparavant pris en compte soit dans le cadre d’un PAI (Projet d’accueil individualisé), soit dans celui d’un PPS, lorsqu’ils nécessitaient des besoins en compensation (AVS, intervention d’un SESSAD, matériel spécifique...) Cette dernière option reste toujours possible, la famille gardant le choix de se tourner ou non vers la MDPH.

Quel parcours ?

La demande de PAP émane soit de l’établissement (Conseil des maîtres ou conseil de classe), soit de la famille elle-même. Les troubles doivent être constatés par un médecin, après examens et bilans paramédicaux et psychologiques éventuels. À la suite de ce constat, le médecin scolaire ou, pour les élèves relevant de l’enseignement agricole, le médecin habilité par l’autorité académique compétente, donne un avis sur la mise en place d’un plan d’accompagnement personnalisé. Un modèle national, présenté en annexe de la circulaire, doit être utilisé dans un souci d’homogénéisation des pratiques. Cependant, les listes des aménagements proposés ne sont qu’indicatives et il est recommandé de ne sélectionner que ceux qui sont indispensables et pourront être poursuivis tout au long de l’année scolaire.

Quelques aménagements possibles dans le cadre du PAP

En maternelle :
- mise à disposition d’outils individuels et adaptés
- aides visuelles pour la gestion du temps
- accepter des modes d’expressions spécifiques de l’élève (mots, gestes...)

En élémentaire :
- installer l’élève face au tableau
- veiller à la lisibilité et à la clarté de l’affichage
- utiliser un code couleur par matière
- adapter les quantités d’écrit (dictée à trous, à choix, …)
- laisser compter sur les doigts

En collège :
- proposer des supports écrits aérés et agrandis (ARIAL14 minimum)
- privilégier l’agenda ainsi que l’espace numérique de travail (cahier de texte individuel, de groupe, de la classe)
- permettre l’utilisation de l’ordinateur et de la tablette