Consultation programmes
Langues vivantes : Entre deux cycles la marche est haute
8 mai 2015

L’esprit de l’enseignement des langues a changé positivement. Mais la priorité à l’oral prônée au cycle 2 s’estompe dans un cycle 3 qui privilégie une approche par la grammaire, la phonologie ou le lexique et dont les objectifs semblent trop ambitieux.

Intégrer la progression dans les programmes

« La langue orale est la priorité  » indiquent les programmes de cycle 2. Véritablement pensé pour des élèves de cet âge, le texte appelle à « dédramatiser la prise de parole ». Il invite aussi à une analyse de la langue et à une approche culturelle. Construits autour de ces impératifs, les programmes proposent des exemples d’activités qui peuvent aider à construire des outils d’évaluation  : chants, comptines, saynètes, extraits d’albums ou de films pour la jeunesse, jeux, enregistrements sonores... En revanche, les éléments de progressivité sont explicitement renvoyés aux progressions du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) dont le niveau A1 d’acquisition demeure la norme pour le cycle 2. Cette référence n’est pas acceptable ici et les progressions devraient être clairement intégrées aux programmes.

Des ambitions difficilement réalisables

Points positifs : le texte insiste sur la dimension culturelle de la langue qui devient en cycle 3 un objet d’observation et de réflexion. Mais la priorité à l’oral s’estompe au profit d’une approche par la grammaire, la phonologie ou le lexique. Il est attendu des élèves des notions grammaticales qui ne sont pas citées dans les programmes de français (possessifs et démonstratifs, pronoms relatifs, auxiliaires...) et les attendus de fin de cycle comme les repères de progressivité sont trop denses. Par conséquent ils manquent d’opérationnalité. Au terme du cycle, les élèves devraient aussi suivre « la trame d’une histoire » ou « raconter succinctement des expériences vécues ou imaginées ». Des ambitions difficilement réalisables en regard des conditions de formation initiale et continue des enseignants.

Retour au sommaire général