Programmes 2008
La maternelle au crible de l’Inspection générale
22 septembre 2013
  (1 vote)

En 2012, l’Inspection générale rendait un rapport sur l’école maternelle. Les programmes de 2008 y sont abordés. Extraits.

Une sur-valorisation de la Grande section

Les programmes de 2008 « se focalisent sur les contenus d’apprentissage que l’élève doit assimiler. Les acquis qu’il lui faut maitriser en fin de grande section contribuent à donner à l’école maternelle une image essentiellement valorisée par cette dernière étape. »

Les activités artistiques déclassées

« On y voit d’emblée le déclassement des activités artistiques reléguées au second plan alors qu’elles ont été longtemps un des symboles de la créativité de l’école maternelle, de la place accordée à l’expression des enfants, du temps concédé à ce qui plus tard, compterait moins  ».

Une socialisation avant tout scolaire

« Pour la première fois, la partie « Devenir élève » énonce des objectifs explicites quant aux attitudes et aux capacités qui s’attachent au statut d’élève ». Il est demandé à l’enfant de « comprendre les attentes favorables à la réussite scolaire, autrement dit des attentes trop souvent implicites de l’école, élucidées pour certaines familles et toujours incomprises pour d’autres . De fait, « ce devenir élève est perçu comme le signe de la volonté institutionnelle de primariser l’école maternelle (…) . Il y a un chemin à parcourir avec le petit enfant pour qu’il se construise son identité d’élève ».

Les mathématiques au bord du chemin

«  L’absence de repères de progressivité dans les programmes de 2008 pour les mathématiques est révélatrice de l’inégalité de statut comparé à celui du langage. Cette situation est regrettable, d’autant que les résultats aux évaluations en mathématiques à l’école primaire invitent à une reconsidération globale du parcours d’apprentissage des élèves ».

Lire aussi :
- Maternelle : le rapport de l’Inspection générale
- Au commencement était le langage