Outre-mer
L’engagement de classer les écoles de Guyane en REP+ doit être respecté
23 mai 2016

Le classement de l’académie de Guyane, dans son intégralité, en REP + est aujourd’hui remis en cause. C’est pourtant la ministre de l’Éducation nationale en personne qui l’avait annoncé lors de sa visite en Guyane en octobre 2014. Elle reconnaissait les graves difficultés du département et annonçait vouloir engager des moyens à la hauteur des besoins. Cet engagement avait été accueilli très favorablement par la communauté éducative. Depuis des mois, l’ensemble des services du rectorat et les enseignants ont préparé la rentrée dans cette perspective.

Or aujourd’hui, le Recteur de Guyane vient de rétropédaler en présentant une carte de l’éducation prioritaire où 10 Réseaux (10 collèges et une cinquantaine d’écoles primaires) ne bénéficieraient plus du label REP+.

Cette volte-face est injuste et incompréhensible. Pour rappel, les résultats des élèves de Guyane sont fortement corrélés aux inégalités sociales et territoriales :

- 58,7% des élèves de 6ème sont issus de catégories socio-professionnelles défavorisées (36,2% en métropole)

- 27,5% des élèves sont en retard à l’entrée en 6ème (11,8% en métropole)

En Guyane, dès le 17 mai, les enseignants étaient en grève, rejoints dans leur protestation par les parents et les élus de Guyane, afin que les promesses ministérielles soient tenues. Le mardi 24 mai sera une journée sans école à l’appel de l’intersyndicale de l’éducation Guyane. Le SNUipp-FSU vient d’obtenir une audience au cabinet de la ministre. Elle aura lieu le 24 mai dans l’après-midi. Il a invité les autres organisations de l’intersyndicale à se joindre à ce rendez-vous. Il faut que l’engagement de classer toutes les écoles en REP + soit respecté.

Paris, le 23 mai 2016