Rapport UNESCO
L’éducation, ce n’est toujours pas pour tout le monde…
11 mai 2015
  (1 vote)

Si d’incontestables progrès ont été accomplis ces quinze dernières années, les objectifs de l’éducation pour tous (EPT) que s’était fixés la communauté internationale à Dakar en 2000 ne sont pas atteints. Un verre à moitié plein, ou à moitié vide  ?

L’UNESCO dans son dernier rapport mondial 2000-2015 de suivi sur l’EPT dresse un constat mitigé du respect du droit à l’éducation pour tous les enfants. Côté positif, une progression de 64 % entre 1999 et 2012 de la scolarisation pré-élémentaire. Elle concerne aujourd’hui 184 millions d’enfants. Certains pays comme le Kazakhstan, le Viet-Nam ou l’Algérie par exemple, ont considérablement étendu leur système public d’enseignement préprimaire. 40 états l’ont rendu obligatoire, d’autres l’associant à la suppression des frais de scolarité, à des incitations financières comme dans certaines régions rurales en Chine, ou à des campagnes de sensibilisation des familles. Encourageant aussi le fait que 52 % des pays aient atteint l’objectif de scolarisation primaire universelle, 10 % sont sur le point d’y parvenir. 91 % des enfants vont aujourd’hui à l’école dans le monde, (contre 84 % en 1999) soit 48 millions de plus, mais le compte n’y est toujours pas.

Des inégalités persistantes

Ils sont 58 millions à n’être toujours pas scolarisés déplorent les rapporteurs, plus d’un tiers d’entre eux vivant dans un pays en guerre. par ailleurs, presque 100 millions d’enfants ne termineront pas leur cursus primaire en 2015, essentiellement dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires. En cause, des inégalités persistantes. «  Dans le monde, les enfants des pays les plus pauvres ont quatre fois moins de chances de fréquenter l’école que les enfants les plus riches et la probabilité qu’ils n’achèvent pas le primaire est cinq fois supérieure.  » souligne le rapport. Alors que 20 % d’un budget national devraient être consacré à l’éducation, moins de la moitié des pays affectent ces sommes à ce poste de dépenses. Et pour les plus en difficulté, les aides consenties par les pays occidentaux sont en baisse régulière depuis 2010.

Télécharger :
- le rapport UNESCO