Dossier "En campagne pour l’école rurale"
L’école à l’épreuve des mutations territoriales
16 juin 2015

Les mutations qui secouent les espaces ruraux depuis plusieurs années bousculent aussi l’école. L’enjeu reste celui de l’accès à une école de proximité au service de la réussite de tous.

Malgré l’exode rural qui a conduit à une désertification des campagnes, deux tiers des communes française sont rurales estime l’Insee. Et depuis quelques années on observe un phénomène de « rurbanisation » dans lequel des citadins s’installent à la campagne tout en conservant leur travail en ville. Ces mutations territoriales, marquées par la littoralisation et la périurbanisation, ont bouleversé le schéma traditionnel un village/une école et conduit à « une grande diversité de situations démographiques, économiques et sociales » indique le géographe Yves Jean. Il existe aujourd’hui des espaces ruraux à dominante industrielle ou agricole, des espaces résidentiels ou touristiques, des espaces péri-urbains et d’autres très isolés… Les agriculteurs ne représentent plus que 5 % d’une population constituée à 40 % d’ouvriers, d’employés et de cadres. Le chômage y est aussi fortement présent. Sur ces territoires où le rapport à la distance et aux déplacements est prégnant, la présence d’infrastructures et d’une école de proximité va donc être déterminante pour l’attractivité des communes. Car l’école rurale continue d’accueillir 24 % des élèves du primaire, dont 36 % dans le rural isolé. Le recours aux Regroupements pédagogiques intercommunaux (RPI) a permis de préserver des classes mais a souvent abouti à la désertification scolaire dans les petites communes sans nécessairement apporter de réponse adaptée aux besoins des élèves et de leurs familles. Aujourd’hui, certains départements font le choix de l’hyper-concentration autour de « pôles pédagogiques » construits sur le modèle de l’école urbaine. D’autres associent les partenaires de l’école (élus, parents, enseignants...) dans des conventions destinées à maintenir les classes ouvertes sur une durée définie malgré les fluctuations démographiques. Favoriser le maintien d’un tissu scolaire structurant, notamment pour la vie de l’enfant (transport, cantine…) demeure un enjeu d’actualité pour l’aménagement du territoire et d’égalité d’accès au service public d’éducation.

L’ensemble du dossier :
- Présentation du dossier
- L’école à l’épreuve des mutations territoriales
- Enquête SNUipp : le visage de l’école rurale
- Convention : Échange postes contre réorganisation
- Yves Alpe : « Il n’y a pas de déficit des élèves ruraux en terme de réussite scolaire »
- Yonne : un RPI en mouvement
- Michel Baron (FNER) « Pour des écoles rurales de qualité et de proximité »