Projet pour l’enfance et la jeunesse
L’appel de Bobigny
19 octobre 2010

L’appel de Bobigny a été rendu public officiellement mardi 19 octobre. Il a l’ambition d’être le point de départ d’un grand débat national sur les enjeux de l’éducation, de l’enfance et de la jeunesse.

« Vers un grand projet national pour l’enfance et la jeunesse ». L’appel de Bobigny est issu des Assises nationales de l’éducation qui ont réuni une cinquantaine d’associations, assises qui ont poursuivi le travail des Rencontres de l’éducation initiées par la ligue de l’enseignement à Rennes. Son objectif est de proposer des pistes pour mobiliser l’ensemble de la société autour de l’éducation et de la formation, dès la petite enfance et tout au long de la vie.

5 objectifs, 18 propositions

L’appel a été présenté officiellement mardi 19 octobre à l’Hôtel de ville de Paris. Colombe Brossel, adjointe aux affaires scolaires a souligné la coïncidence et les concordances entre la journée de grève et l’appel. Yves Fournel, adjoint au maire de Lyon, a présenté les 5 axes prioritaires, droit à l’éducation pour tous, projet d’éducation global, promotion de la co-éducation, articulation avec les territoires, objectif 0% de sortie du système sans qualification. Ces objectifs sont assortis de 18 propositions. Leur originalité, et même leur aspect historique, selon les mots de Claude Lelièvre, tient non seulement par le nombre de signataires, mais surtout par le côté prospectif et non pas seulement revendicatif.

Car en effet les 50 organisations, au-delà de leurs différences, se sont unies sur l’essentiel, ont dépassé les divergences pour appeler à un grand débat permettant de faire face aux enjeux éducatifs et sociaux. Les propositions sont multiples et essaient de sortir des chemins « scolaro-centrés » pour travailler sur les leviers nécessaires qui ont été identifiés, école primaire et collège d’une part, territoires et familles en difficulté d’autre part.

Un texte spécifique pour les 0-6 ans

Le texte adopté par les Assises de l’éducation sur les 0-6 ans est exemplaire du travail réalisé en commun. Il défend l’école maternelle et revendique service public de la petite enfance, qu’il concrétise avec un contenu : valeurs, objectifs, modalités, moyens, charte de qualité... Le droit à l’éducation, de grandir, de s’épanouir, est bien un enjeu de service public : 300 000 places d’accueil sont nécessaires, le texte propose des pistes de financement. Il réaffirme la nécessité de rester en dehors de la concurrence, d’améliorer la professionnalisation des assistante maternelles, d’accompagner la parentalité.

Un chantier sur le long terme
L’appel a pour vocation à être poursuivi, discuté et précisé, en particulier vers de nouveaux chantiers, comme l’éducation tout au long de la vie, le concept de territoire apprenant, le lycée... A l’aube d’échéances politiques, les partis seront appelés à se prononcer, les réponses rendues publiques, les maires sont sollicités pour signer massivement l’appel.

Le SNUipp, qui se retrouve totalement dans la volonté de mettre l’éducation au centre des sujets d’avenir, dans la volonté d’une vraie transformation de l’école au service de la réussite des élèves, soutient cette conviction de l’« éducabilité » de tous les enfants et la nécessité de concevoir l’éducation d’un enfant dans sa globalité et tous ses espaces de vie.

Télécharger

- l’appel de Bobigny

PDF - 695.2 ko