« Journée de retrait de l’école » : le SNUipp-FSU s’adresse au ministre
28 janvier 2014

Alors que dans plusieurs départements des parents d’élèves n’ont pas envoyé leurs enfants à l’école le lundi 27 janvier pour protester contre une soi-disant « théorie du genre » enseignée dans les classes, le SNUipp-FSU s’adresse au ministre pour qu’il apporte son soutien aux équipes enseignantes et rappelle aux familles la nécessaire sérénité dont ont besoin les écoles dans leur travail quotidien.

Les parents d’élèves de plusieurs départements étaient appelés, via les réseaux sociaux, à ne pas scolariser leurs enfants les 24 et 27 janvier derniers en signe de protestation contre l’enseignement d’une soi-disant « théorie du genre » dans les classes. Une « campagne mensongère et réactionnaire qui vise à effrayer les parents d’élèves [et qui] a malheureusement eu des premiers effets dans quelques écoles avec des chiffres d’absentéisme importants. » déplore le SNUipp dans un courrier adressé le 28 janvier à Vincent Peillon. La situation est d’autant plus préoccupante qu’une telle initiative est programmée chaque mois. « Or, rien ne peut justifier une telle déscolarisation, même ponctuelle ! » avertit le syndicat et «  personne ne peut accepter que l’école publique soit le terrain d’une instrumentalisation des élèves à des fins partisanes, religieuses et extrémistes. »

Soutien aux équipes

«  C’est bien le rôle de l’école de lutter contre les préjugés et les stéréotypes facteurs d’inégalités, d’exclusion et parfois même de violence. C’est aussi le rôle de l’école de former les futurs citoyens aux valeurs d’égalité entre les filles et les garçons » rappelle le syndicat qui demande au ministre d’apporter tout son soutien aux équipes enseignantes confrontées à cette opération de déstabilisation.

Télécharger :
- la lettre au ministre

Lire aussi  :
- ABCD de l’égalité : l’extrême droite tente d’instrumentaliser l’école