Retraites
Grève le 10 septembre
1er septembre 2013
  (3 votes)

Tous concernés ! Le SNUipp-FSU appelle les enseignants des écoles à être massivement en grève et à participer aux manifestations le 10 septembre pour défendre et améliorer nos retraites.

Tous les enseignants des écoles, jeunes et moins jeunes, seront touchés par le projet de réforme des retraites dont les grandes lignes sont aujourd’hui connues : une augmentation de la durée de cotisation et la hausse progressive du montant de la cotisation vieillesse. L’âge auquel les enseignants pourront partir à la retraite sans « décote » va de fait encore reculer. Dès lors, il leur restera le choix entre partir à la retraite à un âge raisonnable, avec une pension de plus en plus réduite ou travailler jusqu’à 65, 66 ou 67 ans.

Nouvelle hausse de la durée de cotisation

- Laurence, née en 1967, a été recrutée à 23 ans. La retraite à laquelle elle pouvait prétendre sans la décote mise en place par la réforme de 2003 aurait été de 1922 euros. Elle ne percevra, avec le système actuel que 1683 euros. Avec les mesures annoncées, elle passera à 1549 euros, sauf à exercer jusqu’à 66 ans si elle veut percevoir une pension complète.
- Pour Céline, née en 1973 et recrutée à 26 ans, les montants sont respectivement de 1873, 1545 et 1355 euros...sauf à organiser son “pot de retraite” à 67 ans.

Nouvelle hausse des cotisations

La réforme prévoit aussi une hausse progressive des cotisations vieillesse. De 0,15 % dès 2014 elle atteindra 0,30 % en 2017. Les salaires de tous les enseignants des écoles se verront donc diminués : de 76 euros par an pour un PE au 5e échelon, de 88 euros pour un PE au 8e échelon, de 110 euros pour un PE au 11e échelon et de 130 euros pour un PE au 7e échelon de la hors classe. Une façon comme une autre de reprendre d’une main, une partie de ce qui a été donné de l’autre avec l’ISAE, alors chacun admet aujourd’hui que les enseignants français sont parmi les plus mal payés des pays de l’OCDE.

Justice pour tous ?

Si, en matière de pénibilité, d’égalité hommes/femmes, de périodes d’apprentissage ou de précarité prises en compte, le projet acte quelques avancées pour les salariés du privé, rien en revanche n’est proposé sur l’aménagement des fin de carrières, rien sur la prise en compte des années d’études, rien sur les « polypensionnés » public-privé. Pour les enseignants, le compte n’y est pas ! Le SNUipp avec la FSU demande pourtant que les années de formation et d’études soient comptabilisées pour le calcul des pensions. Il demande aussi la mise en place d’un dispositif de cessation progressive d’activité qui permettrait aux enseignants, quelques années avant le départ en retraite, de réduire leur activité sans diminution de la pension à venir. Jusqu’ici, le gouvernement est resté sourd à ces revendications.

Une réforme, ce doit être un progrès, pas un recul.

L’annonce, début juillet, d’une journée d’action à l’automne par la FSU, la CGT, FO et Solidaires a déjà infléchi certains arbitrages. Ainsi, le gouvernement n’a pas supprimé la référence aux six derniers mois pour le calcul de la pension des fonctionnaires et a renoncé à augmenter la CSG. Alors, le 10 septembre, on continue ! Le SNUipp-FSU appelle les enseignants des écoles à être massivement en grève et à participer aux manifestations pour défendre et améliorer notre système solidaire de retraite par répartition.

Télécharger :
- le tract du SNUipp-FSU