Concertation
Grande conférence sociale : des priorités à définir
10 juillet 2012

Si aucune décision n’est attendue à l’issue de la « grande conférence sociale » qui se termine ce mardi 10 juillet, le SNUipp et la FSU attendent que des priorités soient fixées avec un agenda qui permette des décisions rapides en matière d’emploi public, de pouvoir d’achat et de salaire.

©présidence de la république-Chistelle Alix {JPEG} Le président de la République a ouvert lundi 9 juillet la Grande conférence sociale en présence de 300 représentants des partenaires sociaux. Cette conférence qui se termine ce mardi 10 juillet ne débouchera pas sur des décisions concrètes. François Hollande a tenu à préciser la « méthode fondée sur trois principes ». Le premier consiste à aborder « les grandes questions économiques et sociales qui sont devant nous », « tout » devant « être discuté pour parvenir au plus haut niveau d’emploi dans notre pays ». Le second est de « fixer un agenda cohérent et partagé permettant d’avancer en commun ». Le troisième est d’inscrire « cette conférence dans la durée (…) avec des objectifs et des étapes". Toutefois, Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU a dit espérer que « cette conférence ne permette pas de sortir uniquement avec un calendrier et des thèmes à aborder, mais aussi avec les orientations du gouvernement ».

Sept thèmes pour sept tables rondes

Sept thèmes seront abordés durant ces deux journées : « l’emploi et notamment celui des jeunes », « les compétences et la formation, des rémunérations justes et efficaces », « les conditions du redressement productif », « l’égalité professionnelle », « les retraites et la protection sociale », « la modernisation de l’action publique », chacune des sept tables rondes étant présidée par le ministre concerné. C’est Jean-Marc Ayrault, le premier ministre, qui en fera la synthèse mardi, sans annoncer de décisions donc, mais en souhaitant que soit fixées les priorités et que les responsabilités de chacun soit clarifiées : celles de l’Etat, celles qui relèvent de la négociations entre partenaires sociaux et celles qui obéissent aux règles de la concertation. Rendez-vous est pris dans un an pour faire un point d’étape, le chef de l’Etat souhaitant que soit inscrit dans la constitution « le rôle du dialogue social et la place des organisations représentatives ». « Il n’y aura pas de loi dans le domaine de la vie économique et sociale qui pourra être votée par le Parlement, sans qu’il y ait eu une phase de dialogue et de concertation » a-t-il promis.

Un nouvel élan pour les services publics

Dans un communiqué, la FSU a défini ses priorités : « la Fonction publique et les services publics doivent trouver un nouvel élan au service des besoins de la population et des territoires. Ils sont un élément du redressement économique dans la justice. Un investissement d’avenir » a-t-elle indiqué. Dans son discours, François Hollande a semblé remettre en cause la logique de la RGPP (Révision générale des politiques publiques) notamment celle du non remplacement d’un départ à la retraite sur deux, les orientations des politiques publiques ne devant pas relever d’une logique comptable mais partir des besoins nécessaires à la réalisation des missions de service public.

Un agenda permettant des réponses rapides

En ce sens, le SNUipp-FSU qui participe à la conférence avec la FSU souligne quelles doivent être selon lui les principaux objectifs à fixer dans l’agenda des négociations de façon à ce que des réponses rapides puissent y être apportées. Il s’agit de l’emploi public, du pouvoir d’achat et des salaires, trois questions qui ont une résonance toute particulière pour les personnels de l’école primaire. Leurs effectifs ont été réduits de près de 60 000 postes en 5 ans, leur pouvoir d’achat a nettement diminué ces dernières années et les évolutions salariales ont été particulièrement inéquitables pour eux. « Les agents attendent une véritable revalorisation salariale et ne sauraient accepter le gel de leur salaire » a également indiqué la FSU.

Lire aussi :
- le communiqué de presse de la FSU