Langues vivantes
Forte évolution des compétences des élèves en anglais
14 mai 2012
  (1 vote)

La DEPP vient de rendre publique une note d’information sur "l’évolution des compétences en langues des élèves en fin d’école de 2004 à 2010". En anglais, plus qu’en allemand les performances des élèves s’améliorent fortement.

L’évaluation de 2010 reprend en partie l’évaluation de 2004. Les compétences relatives à l’expression orale (en continu et en interaction] n’ont pas été évaluées.

Forte amélioration des performances en anglais

La compréhension de l’oral comprend la compréhension des consignes de classe, celle des mots familiers et des expressions courantes et le suivi d’instructions simples. Le taux de réussite des élèves est de 76% (+ 18 points).

La compréhension de l’écrit est celle de textes courts et simples en s’appuyant sur des éléments connus ou sur un document visuel. Le taux de réussite est de 63% (+ 22 points).

L’expression écrite a été évaluée à partir de réelles productions. Le taux de réussite est autour de la moyenne (pas de comparaison globale avec 2004).

Les données transversales de l’enquête montrent que l’écart en faveur des filles s’accroît, que les progrès des élèves les plus faibles sont moins importants que pour les autres élèves, que l’accroissement des résultats n’est pas aussi élevé en éducation prioritaire.

Amélioration des performances en allemand

Le taux de réussite des élèves en compréhension de l’oral est de 65% (stable par rapport à 2004), et il est de 51% (+ 11 points) en compréhension de l’écrit. En expression écrite l’item mobilisation des outils linguistiques n’est réussi que par un quart des élèves.

Comme en anglais les filles ont des résultats supérieurs aux garçons mais ce sont ces derniers qui ont le plus progressé. Le score des élèves en retard est resté stable.

Des explications

L’inspection générale propose 3 explications à cette amélioration : l’organisation plus régulière de l’enseignement, sa prise en charge par les enseignants, une application plus stricte des programmes avec une évaluation des acquis des élèves. L’idée première aurait été de mettre en avant la précocité de l’apprentissage et le nombre d’années d’enseignement. Or la DEPP indique que pour l’anglais la hausse globale de 18 points n’est expliquée par ce facteur que pour 2 points... Autre contradiction, une deuxième note d’information sur la fin de collège indique que les performances des élèves sont en baisse sensible en anglais, en espagnol et en allemand...

Des doutes, des pistes

La première explication réside sans nul doute dans le sérieux du travail de la majorité des enseignants alors même que les problèmes posés par l’enseignement des langues vivantes restent entiers. Est-il d’ailleurs bien raisonnable de communiquer sur une évaluation dont toute expression orale est absente ? Comme le SNUipp l’avait indiqué au moment de la publication des repères des programmes, les buts de l’enseignement des langues vivantes sont à préciser : Quel usage de la langue à l’école ? Quid de l’approche culturelle ? Quelle pluralité des langues ? Comment favoriser l’apprentissage en situation ? Faut-il développer l’enseignement en langue vivante d’une autre discipline ? Quelle place pour l’écrit ? La réforme de la formation n’a pour l’instant pas donné de réponse sur la compétence en langues au vu des problèmes posés par le CLES, et encore moins sur la formation en didactique des langues. Tous ces aspects de l’enseignement des langues vivantes devront être mis sur la table avec le souci de répondre à une préoccupation première : comment travailler efficacement la communication en classe entière ? Les réponses viendront sans doute pour une part des contacts videos avec des dispositifs comme e-Twinning ou Skype permettant de vrais échanges avec de vrais enjeux et de vrais contenus. Elles sont à construire avec les enseignants.

Lire aussi :
- la note d’information de la DEPP