Familles, je vous aime
17 novembre 2014

Parce que les familles sont diverses, souvent heureuses mais parfois en crise ou un peu cabossées par la vie, parce que c’est important d’offrir aux enfants des images et des récits tout aussi divers, dans lesquels ils pourront se retrouver ou se différencier, qui les feront rire, sourire et parfois pleurer.

Le nouveau roi de la France

Gilles Abier, Ed. Acte sud junior

Adrien supporte mal de partager désormais sa maman au sein d’une famille qui se recompose. Il n’est pas facile d’accepter son nouveau compagnon, ni les enfants de celui-ci. Alors, à quelques jours du mariage annoncé, Adrien décide soudain qu’il est en fait le nouveau roi de France. Et il ne plaisante pas : perruque, bas de soie et culotte de velours, trône, ordres… Si sa mère l’enverrait bien illico chez le psychiatre, pour son beau-père, « s’il a décidé qu’il était roi, qu’il le soit. » Le temps d’un week-end, après on pourra toujours faire la révolution. Un petit roman accessible dès 8 ans, qui pointe avec finesse, derrière l’humour, les difficultés à trouver sa place lorsque les choses bougent…

Les jours noisette

Emmanuel Bourdier, ill. Zaü, Ed. Utopique

Un sujet grave traité tout en douceur, en laissant parler l’enfant qui dresse, page après page, le portrait d’un père absent, aimé et détesté, admiré et contesté… Par petites touches, en racontant un présent qui s’inscrit entre passé et avenir, se dessinent la force et la fragilité de ce père attachant, cet « ours des cavernes » tour à tour « sculpteur de nuages » ou « fabricant de buées ». Il faut arriver à la dernière page pour comprendre vraiment la situation, et revenir avec émotion sur les indices qui auraient pu mettre la puce à l’oreille, dans le texte à la fois bref et dense, et dans les grandes illustrations pleines de tendresse. Mais on ne trahira pas le suspense ! À lire dès 8 ans.

Maman n’est pas d’ici

Julianne Moore, ill. Meilo So, Ed. Steinkis

Un album tendre et joyeux sur la différence : avoir une mère qui vient d’un autre pays rend souvent la vie un peu différente. Accent, cuisine, vêtements, chansons… l’actrice bien connue signe cet album en espérant que les enfants y reconnaissent leur propre famille, leurs propre mère et grand-mère… Un album dont les belles illustrations à l’aquarelle enrichissent le propos, et sur lequel on peut s’appuyer pour mettre des mots sur l’histoire de chacun, l’origine des familles de ses élèves, et que l’école aide chaque enfant à tisser des liens avec sa propre histoire mais aussi entre les cultures.

La famille

Audrey Guiller, ill. Princesse Camcam, Ed. Milan

Documentaire illustré pour les 6-8 ans partant des questions telles que les enfants se les posent avec des réponses simples et informatives pour comprendre le monde qui les entoure. Une famille, c’est grand comment ? Dans une famille, porte-t-on tous le même nom ? Est-ce qu’il faut un papa et une maman pour faire une famille ? Est-ce qu’on est obligé d’aimer sa famille ? Est-ce qu’on peut changer de parents ? Est-ce que les morts font partie de la famille ? Quand je serai grand, je serai comme mes parents ?

Enfants cherchent parents trop bien

Elisabeth Brami, ill. Loïc Froissart, Ed. Seuil jeunesse

En 4e de couverture on peut lire « Enfant, 7 ans, détestant lire tout seul, cherche maman ou papa aimant lire et raconter des histoires. Professeur, écrivain, libraire ou bibliothécaire accepté (si pas trop débordé) ». Parents sensibles s’abstenir car cet album pop aux traits clairs recense une quarantaine de petites annonces balayant des thèmes récurrents dans les relations parents-enfants comme la gourmandise, la tristesse, la tolérance… En avant-goût : « garçon 7 ans, amoureux d’une vietnamienne depuis la maternelle cherche parents pas racistes pour invitation à domicile » ou encore « fille souhaitant rester unique brade maman enceinte ». Impertinent et délicieusement transgressif.

Le fils des géants

Gaël Aymon, ill. Lucie Riolan coédité par Amnesty International et Talents hauts

Un roi et une reine eurent un garçon si petit qu’ils ne voulurent pas le garder. Recueilli par deux géants, l’enfant grandit. Beau jeune homme, il retrouve le roi et la reine, qui voudraient bien alors le récupérer. Mais il va préférer ceux qui lui ont donné leur amour. Un conte philosophique subtil et délicat, à lire aux enfants dès 4 ans, et bien au-delà, pour aborder des sujets comme l’amour parental, l’adoption, l’homoparentalité, mais surtout la liberté d’être, de choisir, d’aimer. Il ouvre une fenêtre sur les droits des enfants. Savamment agencé, un texte émouvant et superbe avec de magnifiques peintures aux couleurs chaudes et douces qui accentuent poésie et curiosité. Magnifique.

Retrouvez les chroniques de Marion Katak sur sa page facebook : https://www.facebook.com/marion.katak