Dossier "Formation continue : un besoin permanent"
« Faire parler le métier réel »
16 octobre 2013

Serge Leblanc est maître de conférences à l’université de Montpellier, en ergonomie de la formation, il est directeur du laboratoire interdisciplinaire de recherche en éducation, didactique et formation (LIRDEF) et associé au projet néopass.

JPEG - 6 ko

- En quoi la formation continue est-elle nécessaire au métier d’enseignant ?

  • La formation professionnelle continue constitue tout d’abord un moyen essentiel pour favoriser l’appropriation de la culture-métier enseignante. Elle permet de limiter les effets d’une vision solitaire du métier qui engendre souvent un sentiment de culpabilité lié au fait de ne pas réussir à faire ce qu’on demande de faire. Elle participe aussi au développement du niveau collectif du travail enseignant en contribuant à faire parler le métier réel au rang des savoir-faire professionnels incorporés, des règles, des valeurs et des normes partagées. Elle permet enfin de révéler un métier qui se renouvelle régulièrement et qui innove mais sans forcément le savoir ni donc pouvoir le faire partager.

- La formation continue peut-elle constituer un levier pour transformer l’école ?

  • La transformation de l’école ne peut se penser sans appréhender l’engagement des différents acteurs impliqués localement dans la situation éducative : enseignants, élèves, équipe éducative, parents... Mais une formation professionnelle continue conçue dans une approche descendante partant des savoirs savants ou des prescriptions institutionnelles vers les pratiques sociales qui devraient les assimiler est la plupart du temps vouée à l’échec si elle ne prend pas en compte les conditions à mettre en oeuvre pour pouvoir articuler ce travail norméprescrit et le travail réel. Pour constituer un levier modeste pour transformer l’école, la formation continue a besoin de promouvoir des approches remontantes pour accéder à ce qui fait la complexité du métier in situ, convoquer les éclairages scientifiques les plus pertinents et accompagner dans la durée des changements réalistes, souhaités et négociés avec les principaux acteurs de terrain dans un contexte donné.

- Quelle est la bonne articulation entre formation initiale et formation continue ?

  • Ces deux types de formation sont à penser selon un continuum de professionnalisation. Les années de formation initiale doivent permettre de découvrir le métier en identifiant les organisateurs les plus déterminants du travail enseignant, de favoriser la construction des contenus d’enseignement en appréhendant les relations entre les savoirs enseignés et les effets produits sur les élèves en termes d’engagement et d’apprentissage et de s’approprier des gestes professionnels focalisés sur la conduite de la classe. La formation continue doit permettre de renforcer les capacités d’analyse réflexive des enseignants sur des thèmes professionnels prioritaires de leurs points de vue et de développer au sein d’un même établissement une culture professionnelle commune en renforçant les liens générationnels entre les nouveaux enseignants et les plus chevronnés. Elle doit favoriser également le repérage de pratiques pédagogiques innovantes et l’accompagnement de leur développement.

- Quelles sont les modalités de formation continue les plus pertinentes ?

  • Les situations de formation continue doivent avoir un rapport assez étroit avec l’activité de travail visée. Les usages de vidéos de classe consistant à voir et commenter l’activité de pairs ou sa propre activité sont des modalités pertinentes ayant des retombées favorables en matière de formation professionnelle. Ces retombées formatives sont à relier à des processus mimétiques déclenchés sur la base de ce qui est visionné, à l’activité réflexive qui favorise la création de décalages, le repérage de tensions, la délimitation de problèmes de métier et enfin à l’imagination de solutions alternatives en se projetant dans sa propre classe.

- Formations à distances, hybrides... Quel est votre avis sur ces nouvelles formes de formation ?

  • Ces formations qui articulent à des degrés divers du présentiel et du à distance via des plateformes en ligne possèdent un potentiel important qui reste en partie à inventer avec les utilisateurs. Les outils de communication et les ressources accessibles sur Internet et les plateformes en ligne offrent la possibilité de développer des usages pertinents en formation professionnelle continue sans qu’ils ne soient en rupture par rapport à des pratiques existantes en présentiel. La principale difficulté est de mettre en place un accompagnement dans les formes à distance qui soit perçu comme réaliste, acceptable et utile par tous les acteurs.

L’ensemble du dossier :

- Présentation du dossier "Formation continue : un besoin permanent"
- Lier métier et recherche
- Rapport IGEN : des moyens insuffisants
- M@gistère : La mise à distance
- Plan départemental de formation : Le cas atypique de l’Eure
- « Pour améliorer la réussite des élèves »
- Formateurs : Un besoin criant…
- En bref
- « Faire parler le métier réel »